Radio-activité naturelle et artificielle 2

Publié le par Vivre Debout

DIFFERENCES

       fondamentales            ENTRE

 

 LA RADIOACTIVITE      NATURELLE     RN    

       ET

 LA RADIOACTIVITE      ARTIFICIELLE  RA

Page 6.

 

 

En cas de fabrication de radioactivité artificielle RA, on a notamment le cas où des atomes qui étaient naturellement  dispersés entre eux dans la nature, vont se retrouver groupés entre eux via des techniques industrielles, au point d’en faire des matières compactes qui n’existent pas dans la nature sous forme métallique, et qui sont très dangereuses, certaines pour des milliards d’années, comme l’uranium 238 métallique, qui a une demi-vie radioactive de 4 milliards 510 millions d’années.

 

Ces atomes radioactifs et naturels, trouvés dans la nature au sein de minerais combinés avec d’autres atomes,   ne se retrouveront plus jamais dans leurs positions naturelles initiales après des manipulations industrielles que je dénonce. On peut considérer ces manipulations d’atomes radioactifs, comme très nocives pour tous, nous allons le voir.  

 

Il ne suffit donc pas de constater ‘en laboratoire’ que la radioactivité naturelle possède des atomes radioactifs qui désintègrent  en modes alpha, bêta et gamma, comme on le constate pour les atomes artificiels aussi, pour en tirer comme conclusion que ce sont deux radioactivités dont les effets sont identiques.

Se permettre  d’affirmer qu’il n’y a pas de différence entre la radioactivité naturelle et la radioactivité artificielle, relève de l’ignorance.

 

Les affirmations enseignant que radioactivité naturelle ou artificielle, c’est chou vert et vert chou, sont inexactes. Les effets des deux radioactivités RA et RN sont essentiellement différents.

 

Les affirmations assimilant radioactivité naturelle et artificielle, procèdent d’une vue purement théorique,  lacunaire, souvent             passionnelle,  qui ne concorde pas avec la réalité constatée tant sur le terrain sanitaire que sur le terrain tout court.

 

De plus de telles affirmations issues  « des laboratoires » sont  amputées de la connaissance de l’effet alpha interne de proximité. Et c’est inadmissible.

 

Aller jusqu’à nier ex cathedra que des différences entre radioactivité naturelle et artificielle n’existent pas, notamment du fait que « naturel » ne signifie pas nécessairement « non nocif », est hors de propos scientifiques. Ce sont des affirmations véhiculées par des personnes n’ayant pas beaucoup travaillé sur le terrain, mais beaucoup dans les milieux fermés des laboratoires, ou dans l’enseignement,  sans avoir étudié l’effet alpha interne de proximité en radioactivité, sur le terrain en général, et sur le « terrain santé » des irradiés internes, en particulier.

 

Les affirmations et informations lacunaires, disant que la radioactivité naturelle est dangereuse, viennent toutes du nucléaire, et elles ne tiennent pas la route face à la réalité des faits sanitaires constatés.

 

D’autre part, la compréhension totale des phénomènes radioactifs de la création toute entière, n’est pas abordée, mais effleurée par des suppositions fabulant sur des périodes éloignées de nous … par des millions d’années.

 

En réalité la radioactivité naturelle RN vient principalement de DEUX sources d’origines naturelles différentes.

 

 

Sources naturelles de la radioactivité :

 

1)         les rayons gamma naturels diffus ;

 

2)         les rayons cosmiques  

 

 

Commençons par les rayons gamma diffus : ils émanent des minerais uranifères et des thoriums disséminés dans  l’entièreté du  globe terrestre.

 

 

2ème partie pages 7 à 12.                                               Page 7.

 

 

Les rayonnements radioactifs terrestres,  issus de la radioactivité naturelle,  arrivent à l’air libre

après être passés à travers des couches de rochers et de terre faisant office d’écrans protecteurs.

 

Du fait de l’existence naturelle de ces écrans terrestres protecteurs, la nature procède à un choix des rayonnements qui émergeront du sol à l’air libre.

 

Ainsi seront éliminés par les écrans terrestres et n’arriveront pas directement en surface, à l’air libre : les rayons alpha et les rayons bêta qui ont été émis initialement sous terre.

 

En effet, un rayon alpha  ne parcourt que quelques centimètres dans l’air et quelques fractions de millimètres dans de la terre ;  le rayon bêta, franchit seulement quelques mètres dans l’air et quelques centimètres dans la terre, ou dans de l’eau.

 

Il s’en suit que dans une nature non polluée, non manipulée par l’homme, la radioactivité naturelle RN, est donc pratiquement uniquement constituée de rayons gamma filtrés par les couches de terre et de roches traversées qui les séparaient de la surface du sol.

 

En surface, les rayons gamma arrivent diffus, assez faibles, et suivent pratiquement la direction verticale.

 

Pourquoi la direction verticale?

 

Parce que toute oblique partant du sous-sol, est plus longue pour arriver à la surface de la terre, que toute verticale.

 

Et plus long a été le chemin parcouru, plus le rayonnement est éliminé, car plus grande a été l’épaisseur des écrans terrestres faisant obstacle.

 

Les rayonnements gamma naturels sont des rayonnements que cite souvent la propagande nucléaire pour leur attribuer tous les méfaits.

 

Dans la nature inviolée, ils ne provoquent pas de méfaits. Ils se déplacent à la vitesse de 300 000 km à la seconde, pratiquement la vitesse de la lumière dans le vide.

 

Ils sont formés de rayons électromagnétiques du même type que les rayons X, que vous connaissez bien en allant vous faire radiographier.

 

Les rayons gamma traversent plus facilement la matière que les rayons bêta et alpha. Ceci comme nous l’avons vu.

 

Les rayons bêta sont constitués d’électrons expulsés du centre de l’atome, et non de son cortège d’électrons périphériques.

 

Ils se déplacent à 200 000 kilomètres par seconde.

 

Ils sont moins pénétrants  (attention, pénétrants ne veut pas nécessairement dire ici, ‘dangereux’.)

que les rayons gamma.

 

Leur énergie cinétique est absorbée par quelques centimètres de terre, voire plus.

 

Les rayons alpha sont des rayons,-(projectiles subatomiques, - subatomique signifiant plus petit que l’atome)-, qui  sont formés chacun de 2 protons accolés à 2 neutrons.

 

Chaque rayon alpha vient du cœur d’un atome radioactif désintégrant en mode alpa et chaque rayon alpha a une masse de 7348 électrons. Il est éjecté à la vitesse de 20 000 km par seconde. Il est issu du cœur de l’atome radioactif, qui l’expulse. Il ne traverse pratiquement pas la matière, parce que toute son énergie cinétique est rapidement absorbée par la matière, étant donné qu’à l’échelle des parties constituantes de la matière, les rayons alpha sont de gros projectiles subatomiques vite arrêtés par la matière.

 

Emis de l’extérieur du corps, les rayons alpha ne sont pas dangereux.

 

Par contre quand les rayons alpha sont émis de l’intérieur du corps par des matières radioactives ayant pénétré dans le corps, ils deviennent très dangereux pour la matière vivante qu’ils pénètrent en faible profondeur en perturbant l’ADN des groupes de cellules irradiées par une forte densité ponctuelle d’ionisation.

 

                                                          

 

Page 8

 

Les rayons alpha internes en milieu vivant, limitent  leurs zones d’ionisations à de petites sphères, au sein de la matière  vivante, sphères d’un rayon de l’ordre de 50 micromètres (1 micromètre = un millième de millimètre).

 

 

LES RAYONS COSMIQUES

 

Quant aux rayons cosmiques, ils NE sont NI formés de rayons électromagnétiques de type gamma, NI d’électrons de type rayons bêta, mais de morceaux ultimes de matières lancées dans l’espace par les sortes de grands accélérateurs de matière qui constituent notre univers.

 

Les rayons cosmiques n’irradient pas à proprement parler, significativement les êtres vivant sur la terre.

 

Ils ne produisent JAMAIS d’effets de proximité, parce  qu’ils ne sont constitués de matières radioactives pouvant s’intégrer ou se combiner à d’autres matières. Ils ne sont pratiquement pas freinés ni arrêtés par la matière.          Ils n’ionisent donc que très peu la matière, et ceci de manière strictement uniforme dans tous points de notre corps, soit uniformément IN TOTO, selon l’expression consacrée. Ils ne sont pas nocifs pour les personnes vivant dans la biosphère.

 

Nous avons parlé des effets de proximité.

 

Mais QUE sont les effets de proximité ?

 

Les effets de proximité sont des effets d’ionisations intenses, limitées à de petits volumes internes très localisés. Les effets de proximité sont dangereux pour la santé.

 

Ils sont  principalement les effets de rayons alpha éjectés d’atomes radioactifs, qui eux se  sont introduits à l’intérieur d’un organisme.

 

La densité d’ionisation qu’engendrent localement les rayons alpha, est telle que l’ionisation locale enregistrée atteint des millions de fois la valeur de l’ionisation naturelle.

 

Ce phénomène provient du fait que les rayons alpha sont très lourds à l’échelle histologique, et bien plus  petits que les atomes dont ils sont éjectés.

 

En effet les rayons alpha ont chacun une masse de 7348 électrons et sont environ 10 000 fois plus petit qu’un atome d’hélium.  Au niveau cellulaire, ils sont donc des projectiles redoutables quand ils sont tirés à bout portant des cellules à l’intérieur du corps. Une action prolongée des rayons alpha aux mêmes sites intérieurs au corps, est très nocive.

 

Le noyau d’un l’atome est pratiquement 10 000 fois plus petit que l’atome entier, soit l’atome comprenant le noyau et le cortège périphérique de ses électrons.

 

Les dimensions des petits atomes (hydrogène, hélium, lithium, beryllium, bore)

sont en effet de l’ordre suivant :

 

1) le noyau seul de l’atome, a une dimension de l’ordre de 10 -13 centimètre, ce qui vaut en langage courant,

1 centimètre divisé par 10 millions, et ce qui est ainsi obtenu encore une fois divisé par 1 million ;

 

2) l’atome complet, (entouré de son cortège d’électrons périphériques qui naviguent autour du noyau à la vitesse de 200 000 km par seconde), a une dimension 10 000 fois plus grande que le noyau atomique seul.

Ceci donne une dimension de l’ordre de 10 -8 centimètre, ou de 1 cm divisé par 100 millions. 

 

Les irradiations des rayons alpha internes, provoquent localement une forte densité d’ionisation : ce sont les fameux « points chauds » en matière d’irradiations internes. La notion de densité d’ionisation a échappé à beaucoup d’experts. En effet ils confondent en général entre irradiation immédiate et brève, avec irradiation de longue durée et en des points très localisés. La densité d’ionisation fait appel à des notions plus proches de la réalité.

 

Il faut comprendre que l’irradiation subie par des atomes désintégrant directement dans le corps, n’est pas une irradiation instantanée, mais une irradiation locale permanente. Et il faut dès lors tenir compte de la permanence de l’irradiation, ce qui conduit à la notion de densité d’ionisation, et de l’effet de proximité.

 

              

         Page  9

 

A partir de l’intérieur de l’organisme où ils se trouvent, les atomes radioactifs irradient évidemment les cellules du corps par l’intérieur du corps.  Ces rayonnements  internes provenant de sources radioactives artificielles internes, introduites dans le corps,- par accidents, blessures ou  contaminations -, peuvent être émis à de très courtes distances des cellules elles-mêmes.

 

Comme l’intensité d’une irradiation est inversement proportionnelle à la distance qui existe entre  la source émettrice de rayonnements et les cellules irradiées, on a qu’à très courte distance entre les cellules et les atomes radioactifs  désintégrant en site interne, - on a dis-je -, dans la situation où  existe une très courte distance entre les atomes radioactifs et les cellules, que de très intenses irradiations sont délivrées à quelques groupes de cellules. Et quand la distance est telle que le contact est pratiquement établi entre matières radioactives internes et cellules vivantes, on atteint alors l’effet de proximité immédiate entre atomes radioactifs et cellules vivantes irradiées.  Alors on a des irradiations très  puissantes à l’échelle histologique (échelle des cellules). Ces irradiations sont très localisées, ponctuelles, à l’intérieur de l’organisme qui contient des matières radioactives  émettrices alpha : ce sont souvent des poussières radioactives qui se sont fixées à l’intérieur du corps via les poumons. En fait ces poussières radioactives parvenues à l’intérieur du corps, agissent comme centres géométriques de zones sphériques corporelles intérieures violemment  irradiées.  

 

Un tel phénomène ne se produit jamais avec des émissions bêta, gamma, X, ou rayons cosmiques, parce que dans le cas de tels rayons, la densité d’ionisation qu’ils provoquent, est très faible par rapport à la densité d’ionisation interne que provoquent les rayons alpha internes.

 

En parlant de la radioactivité artificielle RA, nous constatons de plus tous les jours les re-concentrations extraordinairement nocives des atomes  radioactifs artificiels dans les chaînes alimentaires, contrairement aux atomes radioactifs naturels.

 

Examinons maintenant les rayons cosmiques.

La personne qui craint les rayons cosmiques ignore que ceux-ci ne provoquent pas  d’effet de proximité, et donc pas des  irradiations intenses localisées.

 

Les personnes craignant les rayons cosmiques, ignorent que les rayons cosmiques sont diffus et d’intensité permanente faible. Les ‘rayons’ cosmiques viennent de l’espace extra-terrestre et sont constitués de fragments ultimes de matières cosmiques. Ils voyagent à des vitesses énormes. Ils traversent aisément de grandes quantités de matières sans heurter les atomes formant ces grandes quantités de matières, et sans pratiquement les ioniser, donc les toucher. Ils passent en grande partie dans l’immensité du vide que contient en réalité la matière.       

 

 

Récapitulons :

 

Les rayons cosmiques ne produisent pas d’effet de proximité,  comme le font les matières émettrices de rayons alpha artificiellement conçues, et ayant pénétré à l’intérieur de  l’organisme humain.

 

De plus, les rayons cosmiques  ne se ‘re-concentrent’ jamais dans la matière des molécules que nous mangeons, et qui forment notre nourriture, comme   les poireaux, les carottes, les pommes de terre, le blé, le lait, etc.

 

Les rayons cosmiques ne se concentrent jamais non plus dans nos organes, ni dans notre corps. Ceci parce qu’ils ne constituent pas de la matière radioactive ou non, qui pourrait s’intégrer à la nôtre.

 

Ils ne produisent donc jamais, comme je le répète à  nouveau, jamais d’effet de proximité, effet dont nous reparlerons encore plus loin. 

 

La radioactivité NATURELLE RN n’est donc  PAS dangereuse pour l’homme qui existe avec elle depuis des millénaires.

 

Ceci pour autant que des industriels ou des militaires, ne la manipulent pas : nous nous expliquerons plus loin à ce sujet.

 

Ceux qui prétendent que la radioactivité naturelle RN, est dangereuse,                

 

n’ont aucune preuve de leurs affirmations.

 

 

 

                                               Page 10

 

 

De plus ils cachent les graves dangers de la radioactivité artificielle qui crée des isotopes qui n’existent pas dans la nature.

 

OUI, en réalité la radioactivité artificielle RA, crée des atomes radioactifs artificiels que la radioactivité naturelle RN, n’avait pas créés.

 

Citons DIX  sortes d’atomes radioactifs artificiels, hors d’une liste de plus de  DEUX CENTS :

 

1)    les atomes artificiels d’iode 129 ; demi-vie de 17 millions d’années ; c’est un tireur redoutable qui bien que présent est difficile à détecter du fait qu’il ne tire que des rayons bêta sans se signaler par des gamma qui eux seraient facilement détectables par les spectromètres ; les atomes d’iode 129 propageront les cancers de la thyroïde dans le monde pendant des siècles et des siècles ;

 

2)  les atomes artificiels d’iode 131, demi-vie de 8,07 jours ; tireurs bêta + gamma ; ces atomes d’iode 131 attaquent les glandes thyroïdes et augmentent les cas de cancers ;

 

3)    les atomes artificiels de césium 134, demi-vie de 2,05 années ; tireurs bêta et gamma qui irradient tout l’intérieur du corps car ils s’intègrent dans tous les muscles du corps ;

 

4)   les atomes artificiels de césium 135, demi-vie 3 millions d’années ; tireurs bêta à 100 % donc difficile à détecter ; provoquent des cancers et leucémies,  partout dans le monde, mais plus sournoisement.

 

5)   les atomes artificiels de césium 137, demi-vie de 30,23 années ; tireurs bêta + gamma ; irradient l’intérieur de tout le corps : conséquences des cancer et leucémies comme constatés après l’accident de Tchernobyl ;

 

6)    les atomes artificiels de strontium 90, demi-vie   28,1 années, tireurs bêta à 100%, sont difficiles à détecter car les spectromètres ne détectent que les atomes tireurs gamma ; se concentrent dans les os et les moelles des os, proquent des cancers et leucémies ;

 

7) les atomes artificiels de zirconium 93, demi-vie 1 500 000 années,  tireurs bêta uniquement donc difficile à détecter ; attaquent les poumons et les os ; augmentent les cas de cancers.

 

8) les atomes artificiels de niobium 94, demi-vie 20 000 années, tireurs bêta + gamma ; attaquent le tractus gastro-intestinal, les poumons et les os ; augmentent les cas de cancers dans le monde.  

 

9) les atomes artificiels de plutonium 239,  demi-vie 24 400 années, tireurs  alpha + gamma ; ces atomes artificiels sont les plus violents poisons que les hommes aient jamais inventés ; ils attaquent les cellules des voies intestinales, des poumons, des os et du cerveau ;

 

10) le métal artificiel uranium 238, demi-vie 4 milliards et 510 millions d’années, tireur alpha, émetteur

gamma sur 48 kilo électron-volt ; attaque les reins, le tractus gastro-intestinal, le cerveau et les   

poumons.

 

La radioactivité artificielle RA, est en réalité des millions de fois plus dangereuse que la radioactivité naturelle RN.

 

Voyez à ce sujet les irradiés par des sources radioactives artificielles dont les césiums 134 et 137. Ces personnes souffrent comme des martyrs pendant de longs mois avant de mourir, souvent amputés. De telles irradiations létales ne se sont jamais produites avec la radioactivité naturelle RN.  

 

Pour étayer leurs affirmations mensongères à propos de la nocivité de la radioactivité naturelle RN, les thuriféraires de l’atome radioactif artificiel RA, se contentent de « répéter » ou « affirmer                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             &n

Publié dans Vivre Debout

Commenter cet article