Radio-activivté naturelle et artificielle 3

Publié le par Vivre Debout

DIFFERENCES

      fondamentales            ENTRE

 

 LA RADIOACTIVITE      NATURELLE     RN    

     ET

 LA RADIOACTIVITE      ARTIFICIELLE  RA

Page 11.

 

 

La radioactivité naturelle RA, aurait tué des millions de personnes ou d’animaux » . . . !

Nous sommes là dans un film de science-fiction.

Il en est de même de certaines personnes qui prétendent affirmer sans sourciller, que le soleil présente des réactions nucléaires identiques à celles de la radioactivité artificielle RA ou de la bombe atomique ou thermonucléaire. Cependant  une bombe atomique ou thermonucléaire, atteint plus de cent millions de degrés en son centre, nous le savons, et ce n’est pas le cas du soleil.

 

                    

Car le soleil atteint une température de seulement  6000° à sa surface et  de 15 millions de degrés en son centre.

Ce n’est visiblement pas le même phénomène que la bombe atomique ou thermonucléaire . . . et nous avons dû supporter jusqu’à ce jour sur les médias pas mal de théories à éclater de rire.

 

N’empêche qu’il y a des prêtres inconditionnels du scientisme parmi la presse (voir le Larousse) qui s’arrangent bien avec les mensonges les plus grotesques, les plus irrationnels, pourvu qu’ils aient, comme un moine, l’habit du moine sans en avoir la sagesse.

 

Ce qui précède signifie que   : pas mal  d’universitaires imprudents et de hauts fonctionnaires idem,  ayant accès aux médias,   disent n’importe quoi sans connaître  les réactions atomiques et thermonucléaires, ni leurs températures , ni rien des    températures du soleil. Ce dernier ne fissionne pas du tout ses atomes et il ne fusionne pas non plus ses atomes. Sinon le soleil atteindrait très brutalement une température telle, qu’il exploserait comme un engin nucléaire, ou thermonucléaire,  et le système solaire en entier disparaîtrait dans sa forme actuelle, ainsi que toute vie sur la terre.

 

Nous vivons aujourd’hui avec de beaux parleurs ayant un accès trop facile aux médias, parfois des physiciens mal informés mais connus … et contaminés … par la propagande grotesque du lobby nucléaire. Ces personnes sont cependant prises au sérieux par les dirigeants des médias  … et le grand public croit ce qu’ils diffusent sur les ondes.

 

Ces ‘farceurs’ se prennent très au sérieux, donnant « une impression de sérieux », croyant peut-être qu’ils comprennent beaucoup de choses du nucléaire et de la radioprotection. Ils diffusent partout dans les grandes composantes de l’ONU  (l’OMS, l’AIEA, etc.), et de la presse, des conceptions totalement fausses, erronées.

 

 Nous vivons donc en une période folle, avec de nombreuses armes atomiques et beaucoup de scientifiques qui ne font plus de la science, mais du scientisme en forme de caisse de résonance avec tout ce qu’ils voient et entendent dans les TV et les « émissions scientifiques ».

 

Si Einstein revenait, il n’en croirait ni ses yeux ni ses oreilles !

 

Il verrait une science bien malade, pratiquant un scientisme de mauvais goût, animé par un amour immodéré  du  « As-tu vu  le Prof UNTEL à la       TV ? » et de l’argent, au point de dérailler complètement dans le domaine scientifique du nucléaire et principalement  de celui de la radioprotection.

 

Actuellement nous disposons de compteurs Geiger, et autres,  que trop peu de physiciens savent utiliser correctement sur le terrain.

 

Par exemple, toute mesure de la radioactivité naturelle, doit toujours se prendre à un mètre du sol.

 

Combien pratiquent correctement ?

 

N’ont-ils pas le culot d’apporter des minerais d’uranium devant les caméras, « afin de prouver » que

‘la radioactivité naturelle’ émet de manière isotrope ?

(ici, isotrope signifie : « qui émet des rayonnements dans toutes les directions de manière identique »)

 

Or nous avons vu qu’en faisant des mesures de la radioactivité dans la nature, à un mètre du sol, dans un paysage  naturel non manipulé, nous avons relevé que seuls en général des rayons gamma émergent du sol, et qu’ils ont en grande majorité une direction verticale.

 

Aussi « l’expérience » produite devant les télés avec du minerai d’uranium, supprime évidemment tous les écrans de sol, puisque le minerai présenté n’est plus dans le sol, mais au-dessus du sol dans le studio ou ailleurs.

 

De ce fait les rayons alpha et bêta émis par l’uranium et ses produits de filiation, seront également présents dans le studio face au détecteur et à la caméra, et alors auront un comportement isotrope pour l’expérience.

 

 

                           

 

Page 12

 

Et les rayons gamma auront un comportement identique aussi (ils seront isotropes) contrairement à ce qui se passe dans la nature dans la biosphère où nous vivons.                       

 

Ces mises en scène dans des studios, ou des laboratoires, ont donc pour but de falsifier la réalité dans laquelle vivent les humains et les animaux dans une nature non manipulée.

 

MAINTENANT,  AVEC LES APPAREILS EXISTANTS   

 

Nous possédons MAINTENANT des appareils très précis, comme les spectromètres qui n’ont jamais existé naguère et qui mentionnent immédiatement à quels radioéléments nous avons affaire. Nous comprenons l’atome naturel et l’atome artificiel. Nous constatons les horreurs qui arrivent  suite à l’existence de l’atome radioactif artificiel créé par les technocrates du nucléaire.

 

Cependant combien comprennent vraiment correctement l’atome pour ne pas confondre RA radioactivité artificielle, avec RN radioactivité naturelle ?

 

Beaucoup ‘enseignent’  pour des motifs de lucre.

Mais que vaut leur enseignement ?

 

Ne défendons surtout pas le nucléaire en tentant de culpabiliser la Nature avec sa radioactivité naturelle.

 

Notamment  en jetant tant d’amalgames en pâture dans les médias comme le fait le lobby nucléaire et ses valets.  

 

Face à un examen scientifique sérieux  on constate que la radioactivité naturelle, -dont les rayons cosmiques font partie -,  n’est pas suffisamment ionisante que pour nuire à la vie. Car elle ne dépasse pas le potentiel de restauration de notre système immunitaire.  

 

L’intensité de l’ionisation naturelle ne dépasse pas en effet le potentiel de restauration des cellules de l’organisme. Ceux qui affirment le contraire ne me paraissent pas avoir une formation suffisante et nécessaire en RADIOPROTECTION pour  comprendre et expliquer la réalité qui nous fait face aujourd’hui.

 

Disons simplement qu’un  homme se promenant dans une Nature QUI SERAIT respectée par les scientifiques, et par les technocrates, n’aura rien à craindre de la Nature, sauf parfois de certaines  d’eaux contenant  trop de radon 222.  

 

Sachons que la radioactivité naturelle (RN) ne s’est jamais concentrée dans les chaînes alimentaires, CONTRAIREMENT à la RA radioactivité artificielle, sinon les hommes n’auraient jamais existé sur ce globe.

 

Par contre la radioactivité artificielle (RA) montre qu’elle se concentre  dans de nombreuses molécules de la biosphère.

 

Or la biosphère est la zone terrestre, aérienne et aquatique du globe où nous évoluons et vivons. Et là dans le milieu où la vie se perpétue, ces molécules contaminées commencent sérieusement à nous menacer.

 

Certains aimeraient  impliquer la radioactivité naturelle dans les cancers et les leucémies, - évidemment, suivez mon regard...  

 

C’est là en effet, le grand  rêve du lobby nucléaire.

 

Ce lobby veut disculper la radioactivité artificielle (RA) … qu’il produit et disperse constamment dans le milieu vivant. Il veut cacher les crimes que la RA commet, … en montrant de préférence du doigt un autre coupable qui serait la radioactivité naturelle, RN, afin de lui faire endosser la responsabilité de bien des maladies et cancers et lui attribuer les maux dont la RA radioactivité artificielle, est en réalité responsable.   

 

De ces produits toxiques créés par la RA, fait partie par exemple, la création du redoutable iode radioactif 129 dont le nucléaire ne parle jamais, parce  qu’il en produit en permanence en grandes quantités.

 

Une fois présent, l’iode 129, très nuisible, sera avec l’humanité pendant des millions d’années. Voilà un joli cadeau empoisonné du nucléaire dont on ne parle jamais dans les médias.

 

 

 

3ème partie pages 13 à 18.                               Page 13.

  

 

Comme nous l’avons vu, cet iode 129 artificielle produite par le nucléaire en grandes quantités, a une demi-vie radioactive de 17 millions d’années, et est maintenant présent partout, attaquant la glande thyroïde de milliers de personnes.

 

Mais le nucléaire parle uniquement de l’iode 131 qui n’a que 3,823 jours de demi-vie radioactive, alors que cet iode 131 disparaît bien plus vite que l’iode 129. C’est vraiment trop  ‘gros’ pour quiconque connaît vraiment le nucléaire, et les isotopes, ainsi que leurs dangers.

 

La radioactivité artificielle (RA) est  très dangereuse, car ses techniques permettent  de produire des sources radioactives  compactes ou au contraire gazeuses, distinctes, transportables, ponctuelles,  puissamment dangereuses, qui se manipulent aisément. notamment pour le terrorisme.  Ce qui n’est JAMAIS le cas de la radioactivité naturelle. 

 

Par exemple, le volume d’un simple grain de riz, en plutonium 239,  ‘bien utilisé’ par un terroriste, pourrait affecter la santé de 10 millions de personnes. 

 

Selon le savant John W. GOFMAN (USA), co-découvreur du plutonium, aucune société saine ne devrait tolérer la présence de plutonium sur la terre.

 

Les sources de RA radioactivité artificielle  peuvent (et c’est très dangereux) être transportées,  déplacées, car elles sont saisissables et mouvantes à volonté.

 

Elles sont capables d’être rapidement déplacées d’un point à un autre, éloignées ou  rapprochées d’un l’homme, ou d’une grande foule pour nuire à cette grande foule. Ceci n’est jamais le cas de la radioactivité  naturelle qui ne saurait nuire à personne.

 

La Radioactivité naturelle RN est fixée dans son ensemble à un paysage, attenante au sous-sol,  au lieu.

 

La RN radioactivité naturelle, ne peut  JAMAIS produire des effets de proximité, puisqu’elle ne peut ni se transporter, ni se rapprocher, ni s’éloigner de nous, par exemple quand nous marchons ou voyageons.

 

La RN radioactivité naturelle, est pratiquement essentiellement composée de rayons gamma diffus et de rayons cosmiques, nous l’avons vu et  nous y reviendrons.

 

Constatons donc une fois pour toutes, qu’on ne peut NI s’éloigner, NI se rapprocher, de la radioactivité naturelle, et que de ce fait elle n’est jamais dangereuse. Car une radioactivité devient dangereuse quand elle s’approche de nous, de nos cellules, et pas autrement.

 

Par exemple en se promenant dans paysage, ou en en s’y déplaçant vite ou lentement, peu importe, la RN radioactivité naturelle ne représente jamais un danger, parce qu’on ne  peut jamais s’en saisir pour nuire. C’est une radioactivité naturelle, du paysage. On ne peut s’en saisir pour la mettre dans nos mains, ou dans une bombe, ou une arme.

 

Le cas est possible avec de la radioactivité artificielle RA sous forme de source radioactive ou de métaux radioactifs.

 

On ne sait pas se saisir de la radioactivité naturelle d’un paysage, (nous l’avons vu) comme on peut se saisir d’un objet, qui serait une source radioactive artificielle intense.

 

La radioactivité naturelle RN n’est pas un objet dont on peut se saisir, rappelons-le. Par contre la radioactivité artificielle  RA, est toujours contenue dans un objet, une matière, et on peut s’en saisir comme d’une arme silencieuse très dangereuse, en l’approchant de l’endroit où l’on voudrait nuire.

 

Une source radioactive métallique artificielle  est un objet, répétons-le encore et toujours. Sous peu de volume il peut contenir une ENORME radioactivité. Cela n’existe pas avec la radioactivité naturelle RN.

 

Une source radioactive artificielle RA est vraiment très dangereuse.

 

Pour se protéger de son danger (consistant à être facilement et puissamment irradié par elle), on la place dans « son château de plomb » pour se blinder contre son potentiel mortel d’irradiation.

 

 

                                             Page 14

 

 

Voici une vérité immuable et qui distingue bien entre la RA radioactivité artificielle, et la radioactivité naturelle RN : «  On peut  s’éloigner ou se rapprocher de sources RA de radioactivité artificielle, mais jamais de la radioactivité naturelle RN. 

 

On peut évidemment placer volontairement des sources radioactives métalliques dans un paysage, à des fins d’exercices, pour les rechercher et les trouver.

 

Plus tragiquement on peut se contaminer dans une belle nature, en se promenant dans une zone polluée de matières radioactives, telle que de  l’UA (uranium dit appauvri) dispersé sur le sol.

 

On peut aussi respirer des poussières radioactives disséminées, ou flottant dans l’atmosphère. Surtout quand elles sont issues de métaux radioactifs (comme l’UA) pulvérisés sur le sol. Quand le vent se lève il s’empare de poussières tombées sur le sol pour les réintroduire dans l’air ambiant que nous respirons.

 

L’air peut contenir des métaux radioactifs, métaux obtenus artificiellement nous le savons. Un air qui a été mélangé  avec des milliards de très fines poussières métalliques radioactives provenant des explosions  des bombes à UA ou d’obus à UA, est un air toxique.

 

Les métaux radioactifs brûlent en effet, comme expliqué, par phénomène pyrophorique, qui est le phénomène de la combustion spontanée des très petites particules métalliques radioactives qui deviennent alors des aérosols radioactifs en suspension.

 

C’est ce qui s’est produit au cours des tirs avec armes contenant de l’uranium.  Comme ce fut le cas, par exemple avec les poussières d’UA  qui sont pyrophores et que respirèrent les hommes et femmes de la GUERRE DU GOLFE.

 

 

 

Effets des rayons cosmiques.

 

Il est impossible de s’éloigner ou de se rapprocher des rayons cosmiques, en se promenant dans un paysage, car ils viennent du fond de l’espace et leurs effets ne sont pas influencés par notre position sur la terre.  Les rayons cosmiques, sont naturels, partout présents, et sans effet de proximité possible. Ils ne sont pas nocifs.

 

Certains persisteront à incriminer la nocivité de la radioactivité naturelle en évoquant la nocivité du radon 222 qui est un gaz faisant partie des descendants des produits de filiation de l’ Uranium 238. 

 

Mais, le radon étant un GAZ, EST de surplus un gaz NOBLE : ce qui signifie qu’il ne peut se combiner avec d’autres molécules.

 

Car le mot « noble » en chimie, est un mot qui signifie :

« gaz noble ou qui ne se combine à aucun autre corps simple ou composé ».

 

Le radon NE saurait  pas non plus produire d’effets de proximité, puisqu’il ne sera jamais présent dans une ou des molécules radioactives SOLIDES qui se feraient piéger dans un organe, et s’approcherait alors de  cette manière, très près des cellules de cet organe pendant très longtemps.

 

La demi-vie du radon 222 n’est que de 3, 823 jours.

 

Du fait de cette courte demi-vie, le radon 222 ne dispose pas de temps suffisant pour irradier intérieurement des cellules en mode alpha, pendant de longs mois à bout portant, afin de produire des effets de proximité. 

 

A moins de boire journellement de l’eau radioactive pendant des années, ou de prendre des bains en utilisant pendant des années de l’eau ‘radonifère’ chauffée qui se dégaze alors à chaque bain dans les salles de bains.

 

 

 

Notons que la nature disperse effectivement dans l’air, 3 gaz  émetteurs alpha naturels sont :

 

- le radon 222, demi-vie radioactive de 3,823 jours, (chaîne de désintégration de l’U 238);                        

 

- le gaz radon 220 ou thoron (chaîne de désintégration du Th 232), demi-vie radioactive de près de 55 secondes ;

 

- le gaz radon 219 ou actinon, (chaîne de désintégration de l’U 235), demi-vie radioactive de près de 4 secondes.

 

Ces demi-vies radioactives courtes ne permettent aucun effet de proximité.

 

Effectivement cet effet de proximité se produit uniquement suite à des irradiations alpha internes, au même endroit,  pendant de longues périodes de temps.

 

Ajoutons que c’est vrai que le radon 222 est un gaz qui peut être dangereux pour les poumons, mais que, comme déjà dit, il ne peut y produire des effets de proximité. 

 

Sa demi-vie radioactive qui n’est que de 3,823 jours, (près de 4 jours donc), ne permet pas de longues irradiations, à moins, comme précisé,  d’en absorber tous les jours pendant des années.

 

Le gaz radioactif radon 222  n’existe en quantités significatives qu’uniquement où il s’accumule : dans des endroits peu ventilés.  Notamment où des travailleurs du nucléaire le respirent: dans les mines d’uranium.

 

Mais que vont-ils faire dans ces endroits malsains  ces hommes ?      Sinon ‘gagner leur vie’ en détruisant la vie d’autrui.

 

Cette mauvaise action est commise via l’industrie nucléaire qui œuvre pour les armes nucléaires, et maintenant pour les armes RADIOACTIVES à UA.

 

Jamais le radon n’est dangereux à l’air libre.

 

Car il s’y trouverait trop dilué. Il peut toutefois être dangereux dans l’eau non ventilée, (dite eau ‘radonifère’). Pourquoi ?

 

Parce que ce gaz est aisément soluble en grande quantité dans l’eau, ce qui est souvent ‘oublié’. Il peut alors se retrouver en quantités significatives dans les captages et vienra à l’aior libre dans les cuisines et les salles de bains,-comme déjà précisé-, via l’eau utilisée, qui dégaze lors de l’élévation de la température de l’eau. J’ai vécu ce cas ici à Visé, cas que j’ai découvert en 1973, et que j’ai fait éradiquer (période 1973-74) en faisant fermer le captage  radioactif « du Plétrou »  qui débitait plus d’un million de Becquerels de Rn 222 par mètre cube, dans l’eau officiellement ‘potable’ , eau qui était desservie aux  habitants de Visé via les robinets des maisons alimentées par les canalisations de la Ville de Visé.

 

Les robinets de Visé,  Belgique.

 

Je trouvai en 1973 que les robinets d’eau supposée potable,  débitaient de l’eau polluée en radon 222 à plus d’un million de becquerels par m3, alors que le maximum autorisé est de 400 Bq par m3.

 

Pour rappel 1 becquerel  = 1désintégration par seconde  =  27 pico curies ;    l’eau de Visé débitait plus de  30 000  pico curies par m3 d’eau … potable.  Je fis fermer ce captage radioactif, mais je fus pour cela, obligé de me battre contre de nombreuses « autorités politiques » totalement ignorantes des questions nucléaires.

 

Le captage coupable, était foré dans une veine d’eau souterraine venant d’Allemagne, passant au travers de mines d’uranium, et rejoignait de manière souterraine, la rivière MEUSE ici à Visé,  en Belgique. Il fut fermé définitivement fin 1974, suite à mes interventions qui débutèrent en janvier 1973 et continuèrent jusqu’à l’automne 1974.

 

 

 

 

 

 

 

Parlons maintenant de l’uranium appauvri, dit  « UA ».  

 

Est-il est un produit de l’industrie nucléaire ?

 

OUI, car c’est de l’uranium 238 duquel on a extrait le maximum d’uranium 235, ce dernier étant le métal avec lequel ont fait des bombes atomiques.

 

Donc l’U A est un produit radioactif artificiel

 

Ne parvient-il pas dans les poumons de nos soldats ? OUI. –

 

L’UA n’est-il pas beaucoup plus dangereux que le ou les radons ?  OUI.

Bien plus dangereux.

 

Pourquoi alors, certains « experts » parlent-ils du radon quand on parle des dangers de l’UA ?

Pour « mélanger torchons et  serviettes » évidemment : soit, fausser le problème. 

 

 

                                               Page 16.

 

Réfléchissons.

 

Doit-on dire aux troupes : « Soldats qui partez à la bataille, attention aux rayons cosmiques et au radon ! » ?

 

 

Au lieu de leur dire ce qu’il faut absolument  leur dire sur l’U A, et que voici :

 

                       

« Soldats, sur le champ de bataille, attention aux poussières d’uranium provenant des explosions des charges des projectiles avec uranium appauvri ! »                        

 

Doit-on vraiment parler du radon alors, ou de l’uranium dans les armes ?

 

Doit-on parler du radon et des rayons cosmiques, ceci pour faire plaisir au lobby nucléaire ? Ainsi qu’aux  scientifiques ‘attardés’ qui vivent constamment ‘dans leur tête’ au milieu d’un  laboratoire ?

 

Et les innocentes victimes, comme les enfants, face aux armes à l’uranium ?

 

L’UA n’est-il pas bien plus dangereux que le radon et les rayons cosmiques ?

 

Certains scientifiques sont-ils devenus barjots pour mettre en avant des ‘détails de laboratoire’ ?

 

Au lieu de parler d’uranium, ils parlent du radon et des rayons cosmiques ! … Au lieu de parler des canons avec armes radioactives, ils tergiversent sur la radioactivité naturelle ! 

 

Ne sont-elles pas plus dangereuses ces armes à l’uranium, que toutes les molécules gazeuses de radon du globe terrestre tout entier ? Ignore-t-ils ces scientifiques « attardés », qu’en cette année 2002, on sait dorénavant que plus de 150 000 enfants iraqiens sont  maintenant décédés d’avoir respiré des poussières d’ UA, et pas du tout du gaz radon? 

 

Que parmi nos soldats (US aussi), certains ont été assassinés par l’ UA ? 

 

Est-ce norma

Publié dans Vivre Debout

Commenter cet article