Inhumation ou crémation?

Publié le par Vivre Debout

Chaud devant!

Voici un fait vécu. Un homme dénicha un emploi dans un crématorium. et décrivit que lorsqu'il incinérait les défunts, il entendait des pleurs, des cris d'horreur, des lamentations...

La nuit, il entendait encore ces cris horribles.

Après un mois, il n'en pouvait plus et quitta son emploi avant de devenir fou, ces cris le poursuivant partout.

Selon lui, cette façon d'être inhumé était atroce et il déconseillait à tous la crémation.

Commentaire
La différence fondamentale entre inhumation (c'est-à-dire fait de mettre le corps mort dans l'humus, donc dans la terre - le mot signifie donc la même chose que enterrement) et crémation (fait de brûler le corps mort) ce n'est pas tant la garantie que dans un cas l'on échapperait davantage à des souffrances que dans un autre.
Souvent, du fait de la grande similitude et proche parenté qu'il a avec tout ce qui est de genre gros-matériel, la personne décédée se détache très difficilement de son corps gros-matériel, de sorte qu'un tel nouveau-né dans le Monde fin-matériel doit souvent encore ressentir les dernières souffrances du corps gros-matériel ainsi que l'entière décomposition dans la putréfaction. Et même en cas de crémation, il ressent une partie des brûlures infligées au corps.
Pour un être non complètement détaché de la matière grossière les deux cas peuvent donc être potentiellement douloureux.
La différence fondamentale réside donc ailleurs. Elle réside tout simplement dans le fait que dans le premier cas (l'inhumation), sans intervenir sur le corps, on laisse tranquillement la Nature (les êtres de la Nature ou "entéaux") faire son travail , alors que dans le deuxième l'on intervient violemment pour brutalement détruire ce corps et le faire immédiatement disparaître, sans attendre que la Nature ait fait son office.
Il y a donc, dans le deuxième cas, une grande responsabilité que prennent ceux qui décident de cette intervention violente, qui ne semble donc spirituellement justifiable que dans les cas où ceux qui y procèdent savent parfaitement ce qu'ils font..., ce qui doit plutôt être l'exception...
C'est pourquoi, dans le doute, il semble préférable de ne rien faire, rien qui pourrait causer un préjudice supplémentaire à l'âme qui s'en va...
Au moins ainsi est-on assuré de ne pas inutilement se charger vis-à-vis de l'âme du défunt..., fût-ce par ignorance, ce qui, par les temps qui courent, n'est pas négligeable...
Qui peut, en effet, affirmer avec certitude qu'il sait ce qu'il fait en pareil cas? Celui qui occupe une position spirituelle supérieure et les clairvoyants capables de comprendre correctement leurs perceptions. De nos jours, c'est plutôt rare...
Telle paraît être la raison pour laquelle le mode d'inhumation à pratiquer par défaut est plutôt l'inhumation que la crémation ou incinération.

Publié dans Vivre Debout

Commenter cet article

Eric Blaise 03/11/2015 01:12

Une victoire pour ceux qui sont pour la crémation, c'est la construction centre de crémation en France. Cela est juste un pays, mais il faut s'avoir que cela represent ceux qui habite dans la région Union Européene. Les pays comme la grande Brétagne interdisent toujours ce pratique, ce qui est une question de la santé générale. On à toujours pas le droit sans permission de faire la crémation, mais le conetre couvert c'est un pat en avant.