Tour de passe-passe

Publié le par Vivre Debout

Tour de passe-passe
avec l'argent

(Association Nutshell Publishing - West Sussex)

Que se passe-t-il aujourd'hui pour que la crise économique et sociale s'aggrave ainsi? A l'évidence, il n'y a pas un pays qui ne s'enlise jusqu'au cou en s'endettant auprès d'instituts financiers internationaux aux réserves inépuisables. Si toutes les nations sont lourdement endettées, à qui cet argent est-il dû? Même aux États-Unis, la dette nationale est colossale. Vous êtes-vous déjà demandé d'où vient tout l'argent prêté?

Tout l'argent de la dette publique est dû à quelques instituts financiers internationaux privés, par l'intermédiaire de la Banque Mondiale, FMI.., et toujours plus d'argent doit leur être emprunté pour les rembourser, ce qui veut dire toujours plus de dettes, avec de lourds intérêts...

Ce que nous allons voir est le fait que ce ramassis d'iniquité, d'injustice sociale, de pauvreté, de corruption et de dévastation de l'environnement a pour origine un vice caché, et la stupidité des hommes politiques est soigneusement camouflée. Ce vice caché - et c'est ainsi dans tous les pays - c'est que l'argent est créé en tant que crédit. La plupart des gens s'imaginent que notre monnaie est émise par ordre de notre gouvernement... mais non, ce n'est pas le cas ! Sachez-le : notre monnaie n'est plus émise par l'État, mais par des cartels bancaires privés!

Il y a longtemps déjà, nos gouvernants ont remis aux banques privées l'ancien droit constitutionnel de l'État de créer l'argent de la nation. Quand les banques vous prêtent de l'argent, à vous, à moi, à l'industrie ou à la collectivité, c'est de l'argent neuf : c'est de cette façon que l'argent entre dans l'économie, presque uniquement de cette façon, en fait!

LA CRÉATION MONÉTAIRE SE FAIT PAR LES STRUCTURES BANCAIRES

Les Institutions financières augmentent la masse monétaire parce qu'elles émettent la contrepartie sous forme d'actifs monétaires et d'actifs financiers.

- La création monétaire est l'émission d'actifs monétaires par le crédit bancaire, c'est de l'argent prêté qui permet d'acquérir immédiatement des biens et des services quand vous n'en avez pas assez.

- L'émission d'actifs financiers, par les institutions financières représente la mise en circulation de titres de propriété sur l'économie (actions) ou de titres de prêteur (obligations), mais dont le pouvoir d'achat - la liquidité - n'est pas immédiat sur d'autres biens.

L'argent qui est prêté doit être remboursé, les intérêts en plus. Ainsi, par exemple, si une banque vous accorde un prêt, elle crédite sur votre compte 10 000 euros, et cette somme va pouvoir entrer en circulation. Bien sûr, vous devrez à la banque 10 000 euros, plus des intérêts. Aussi, quand vous aurez fini de rembourser votre prêt, les intérêts payés font que davantage d'argent est entré dans les réserves de la banque, plus que ce qui a été prêté au départ. Ce principe fondamental s'applique aussi à l'État, que l'argent soit prêté à un particulier, à un commerçant ou à la collectivité, c'est du pareil au même. A partir de là, il est facile de constater - puisque tout l'argent arrive en tant que crédit, sur lequel sont greffé des intérêts à payer - qu'il y a finalement plus d'argent dû aux banques dans toute l'économie du pays que ce qui circule réellement. En d'autres termes, environ deux fois plus d'argent est dû aux banques que ce qui est réellement mis en circulation. Si nous tous, toute l'industrie et toute la collectivité, remboursions toutes nos dettes aux banques, tout l'argent se trouverait dans les mains des banques et nous leur en devrions encore beaucoup. La dette publique ne peut jamais être remboursée, et le seul moyen de couvrir le déficit public est de trouver plus d'argent. Comme l'argent ne provient de fonds privés qu'au moyen du crédit bancaire, davantage d'argent doit être emprunté, ces prêts devront être remboursés avec intérêts, et cela continue ainsi, et la nation s'endette donc indéfiniment. Ainsi, on observe une escalade interminable de dettes dans les politiques économiques nationales. Vous comprenez pourquoi les économistes ont les yeux rivés sur les taux d'intérêt!

Celui qui contrôle l'argent de la nation contrôle la nation». (Thomas Jefferson). Et, comme le disait Edmond de Rothschild, le grand banquier international, si vous lui permettiez d'émettre l'argent d'une nation, il ne se soucierait pas des lois. Il est facile de voir que, tandis que ce processus se poursuit, et puisqu'on a donné pouvoir aux banques de s'emparer du capital de tous les pays qui ne pourront rembourser, les banques prennent graduellement possession de tout l'avoir d'une nation. Des nations font faillite sous leur contrôle : il y a quelque chose de choquant là-dedans, non ?

D'où vient l'argent prêté par les banques? La réponse est: IL VIENT DE NULLE PART, elles utilisent le principe du puits sans fond.

Les banques ne prêtent pas l'argent mis dans des réserves quelque part. L'argent qui est déposé est réinvesti, placé en bourse. Elles prêtent de l'argent qui n'existe pas encore au moment où il est prêté. Ce sont donc seulement des chiffres écrits dans un registre et entrés dans un ordinateur. Vous pouvez penser que tout cela est incroyable. Et c'est pourtant comme ça: C'EST UN TOUR DE PASSE-PASSE!

Cela peut vous stupéfier d'imaginer qu'un tour de passe-passe aussi malhonnête enrichisse ainsi des banquiers. Vous pouvez vous montrer incrédules à l'idée que les gouvernements du monde entier permettent une chose pareille. Or, le fait que cela soit incroyable est probablement leur meilleure protection. Aussi, ne nous croyez pas sur parole ; vérifiez-le vous-même ! Vous découvrirez que tout ceci est vrai ! Vos conclusions seront certainement identiques : c'est un enrichissement malhonnête. Pour les banquiers créant cet argent sous forme de prêts, c'est une sorte de permission légale de faire ainsi de la contrefaçon de monnaie. Cela les rend incroyablement riches alors qu'ils ne produisent rien pour contribuer au bien-être des humains. Si une escroquerie peut être définie comme « prendre quelque chose sans rien donner en échange », alors oui, c'est de l'escroquerie.

La richesse est un immense pouvoir, et il va donc entre les mains d'organisations bancaires privées, à un cartel bancaire international qui a donc un pouvoir illimité de créer de l'argent et de s'en approprier facilement. Cela les rend capables d'acheter tout ce qu'ils veulent. Cela leur donne le contrôle - au moyen du crédit bancaire - des destinées des nations et de l'économie mondiale. Quand vous comprenez que des gens malhonnêtes peuvent contrôler les ressources mondiales d'argent, qu'ils peuvent amener les gouvernements à les supplier pour en avoir, qu'ils peuvent les manipuler au niveau mondial, et ainsi faire et défaire des nations entières, alors, à moins que vous ne soyez incroyablement naïfs, vous devez penser que le destin de l'humanité est sérieusement mis à mal. Et ici même, maintenant, début du XXI siècle, un pouvoir presque absolu s'est installé. Malheureusement, ces hommes qui détiennent le pouvoir ne sont pas bienveillants, parce qu'ils ont fait avec ce pouvoir montre qu'ils dédaignent ou méprisent totalement le reste de l'humanité.

En résumé, les nations se débattent avec une dette qui est due à une anomalie d'ordre monétaire. Nous devons plus d'argent qu'il n'en existe et nous ne pourrons jamais combler notre dette. Les effets de cette anomalie sur l'économie mondiale et le destin des peuples sont terrifiants. On assiste à des guerres horribles. Trouvez un politicien vénal comme Hitler. Prêtez-lui de l'argent pour construire une machine de guerre. Faites-le rembourser avec intérêts grâce au pillage de l'Europe, avant qu'il ne s'effondre. On pourrait aussi ajouter : prêtez à l'Europe l'argent pour reconstruire après la fin de la guerre, et faites en sorte que tous ceux qui paient des impôts et taxes vous remboursent ce prêt avec intérêts. C'est comme cela que la mise à sac par procuration s'est faite.

Sources : http://perso.wanadoo.fr/bioeconomie/CA1.htm

Commenter cet article