L'être humain est-il divin ou humain?

Publié le par J.F.

Au sujet de la conférence de G. L.,

auteur d'un livre sur la «maffia médicale»

Conférence donnée à Lausanne le 31 janvier 2006.

Extrait d'un compte-rendu émanant d'une auditrice.

 

 

Je pensais profiter de la dynamique donnée par G. L., ancienne femme médecin, bien connue pour sa dénonciation du système médical actuel, et pouvoir, dans les moments d’échanges, introduire notre travail de résistance civique à la LAMal (Note du webmestre: assurance maladie obligatoire suisse). J’ai ressenti de ne pas le faire …, car malgré notre lien provenant d’un regard sans complaisance sur ce système, nos efforts ne vont décidément pas dans le même sens.

Son message m’a laissée bien perplexe et je veux l’exprimer ici, voulant qu’une différence soit faite entre notre résistance à l’assurance maladie et celle qu’elle préconise. Ce n’est toutefois que mon avis, car chacun se construit avec les matériaux qu’il choisit, mais, je juge utile de le donner ici.

G. L. m’avait autrefois inspirée dans ma brochure «Le défi à la peur», brochure qui a lancé notre réseau de résistance, mais actuellement, elle expose des opinions taillées à la hâche qui se revêtent «d’absolu» quant au sens ultime de la vie, puis, elle assoit sur une base qui lui est propre, la mutation à venir.

Le danger est dans son mélange assez habile de vraies et fausses notions, du sacré et du profane.

J’ai retenu son postulat de départ, que je résume ainsi:

Nous sommes venus ici bas dans la dualité et dans les illusions afin d’évoluer dans notre personnalité consciente et rejoindre l’Unité en nous; cette Unité est éternelle, alors que la dualité est une transition qui n’est qu’illusion. En attendant cette réalisation, nous tournons comme un poisson dans son bocal, et vivons dans l’illusion.

Je suis d’accord sur cela, tout en pensant que le monde matériel est bien réel et qu’il devient illusoire seulement pour celui qui s’y accroche comme étant une réalité durable, éternelle, alors que nous sommes ici en «devenir»  jusqu’à la libération de notre esprit, seul éternel.

Je pense aussi qu’une mutation planétaire est en passe de survenir, qui nous contraindra de sortir du bocal de nos illusions. Aussi je trouve dommage de distordre les notions sur un tel sujet capital! Nous devons dès maintenant nous préparer, oui, mais comment?

L’erreur numéro un est d’affirmer que "nous sommes Dieu"! - et aussi que notre pouvoir est illimité !

La symbolique développée, qui transforme le mouton blanc en jument ailée, est une invention mal appropriée; non présente en la nature, qui nous montre la mutation chez les insectes passant de larve à insecte ailé [Note du webmestre: donc de la même espèce] (ce qui illustre bien notre destinée).

Nul, non plus, n’a le droit de sabrer la société actuelle parce qu’elle est en train de sombrer. Nous devons laisser agir les Lois spirituelles auto-actives, car le Jugement et son Heure ne nous appartiennent pas. Si le joug de cette société, dont nous sommes responsables, nous pèse, c’est que nous devons encore le subir pour comprendre toutes nos erreurs. Ces contraintes de tous ordres aident à la libération de notre esprit. Résister, certes, à une loi inique, inconciliable avec la conscience, est une bonne chose, mais refuser de payer l’impôt de l’Etat va au delà de ce qui est juste et de la Loi spirituelle du donner et recevoir. L’Etat à un rôle de moindre mal et sans lui ce serait pire. Quand il sombrera, ce sera le moment délicat où les justes auront un devoir à accomplir, s’ils sont prêts.

Ce n’est que hors de notre corps que nous rejoindrons la Patrie originelle pouvant être appelée Paradis. La chair (ou corps physique) n’hérite pas de l’Eternité. Il arrive le moment où nous déposons l’enveloppe pour continuer sur une autre dimension. C’est ce qu’ont toujours enseigné les traditions du monde entier.

Quant à l’esprit libéré, éveillé, vivant encore dans la chair ou dans la matière, il obéît aux Lois Spirituelles et Naturelles de son propre gré, son pouvoir est donc soumis à ces Lois. Notre civilisation ne respecte ni le spirituel ni le naturel, c’est pourquoi elle s’auto-détruit.

J’ai trouvé la conférence dénuée de réflexions profondes dû à une volonté de s’abstraire des Références spirituelles universelles propres aux sources de toutes les religions. Par là la pensée est réductrice et simpliste. Les notions comme: Amour, Responsabilité, Liberté, Joie, y sont totalement floues, comprises intellectuellement.

La volonté de la conférencière d’éliminer les hiérarchies dans le monde nouveau ne correspond pas à la nature des choses, car tout système naturel est hiérarchique!

La vie du corps sans alimentation tirée de la terre, comme une femme australienne le préconise, n’est pas un phénomène naturel, donc même si c’est  possible, ce n’est pas à rechercher, car inutile. C’est comme ceux qui arrivent à léviter par la méditation… c’est totalement inutile à l’évolution de l’esprit, une énergie dépensée en pure perte. De même que la possibilité de se dématérialiser… elle n’est d’aucune utilité dans ce monde et ne doit pas être recherchée. Tout ce qui n’est pas naturel et simple est vain, voire dangereux, car il introduit de la mystique, alors que tout gagne à être clair. Le miracle en chaque graine qui pousse ainsi celui de la diversité des espèces, celui inouï de la précision des cycles de la vie, doit  nous suffire…

Il semble que c’est après la Révolution française qu’a eu lieu l’évacuation de la notion du Divin et celle du Père Originel, rejetée avec les excès de la religion, il fut remplacé par le scientisme: L’homme comme maître ultime de l’Univers. L’homme s’éleva au dessus de sa condition de créature, il se déifia. C’est, à mon avis, ce qui l’a précipité dans l’aliénation ou folie actuelle, condition que G.  L. décrit comme le fait de tourner sans fin dans un bocal…

A mon avis on sort de ce circuit en donnant à l’esprit en l’humain la prééminence sur son intellect. Si, aujourd’hui, on tourne en rond, c’est parce que l’intellect, de serviteur, est devenu maître usurpateur.

Pour éclairer tout ce problème et pour donner à un monde déboussolé des références spirituelles sûres, en vue d’une élaboration personnelle sans foi aveugle, donc non manipulable par les religions ou l’athéisme scientifique, j’ai écrit un livre qui sera bientôt publié: «Les leçons de la Nature pour comprendre les Lois et vivre en harmonie».

 

Note du webmestre: Pour se procurer ce livre, envoyer un e.mail à CristaldeLumiere@aol.com.

 

Le 1er février 2006,

J. F.


Commenter cet article