La puce pointe son nez...

Publié le par Vivre Debout

La menace de la micropuce électronique sous-cutanée se précise...:

L'Europe s'éveille progressivement à la RFID

On en est toujours au début, mais on enregistre une adoption croissante, selon IDC.

Il y a exactement 12,4 pour cent d'entreprises dans les secteurs ouest-européens de la fabrication, de la vente au détail/en gros et de la logistique qui exploitaient la RFID ou envisagaient de le faire en 2006, à en croire une récente étude d'IDC.

Selon cette étude, quelque 5,1 pour cent de ces entreprises mettent actuellement en oeuvre la technologie ou projettent de l'implémenter. "La RFID en est encore à ses balbutiements", déclare Giuliana Folco, research director for European vertical markets chez IDC, "toutefois, plus de 17,5 pour cent des entreprises dans les secteurs de la fabrication, de la vente au détail/en gros et de la logistique exploitent ou implémentent des projets RFID, et d'autres devraient suivre dans ces secteurs et dans plusieurs autres industries."

L'étude démontre aussi que les applications et serveurs compatibles RFID sont des éléments IT clés qui nécessitent un investissement dans plus de 50 pour cent des entreprises interrogées par IDC. C'est particulièrement le cas dans la fabrication non intégrée et de processus. L'entreposage, la gestion logistique et les activités de distribution seront les plus intéressés par la RFID, prévoit le cabinet d'analystes.

Le rapport d'IDC se base sur les resultats de son "European Vertical Market Survey" et porte sur l'adoption de la RFID dans les entreprises de vente au détail/en gros, de fabrication et de transport/ logistique occupant plus de 20 employés.

FN teste la puce RFID sous-cutanée

Stef Gyssels, DataNews, 27 Janvier 2006

Le fabricant belge d'armes FN teste pour l'instant la faisabilité d'une puce RFID sous-cutanée comme moyen d'identification du détenteur d'une arme. En pratique, l'arme ne pourrait être activée que par le seul propriétaire de l'arme.
 
Ce test s'inscrit dans un projet plus vaste de mise au point d'une 'arme intelligente' pour le compte du National Institute of Justice (NIJ) américain, un organisme de lutte contre la délinquance qui dépend du Ministère de la Justice.

La caractéristique de base de ce 'smart gun' est qu'il ne peut tirer que dans un contexte particulier. L'un des paramètres pris en compte est que le fait que le fusil se trouve ou non dans les mains de son propriétaire. Pour constater ce fait, une puce RFID pourrait être implantée sous la peau afin d'identifier ledit propriétaire. Une autre option envisagée est l'installation d'une puce RFID dans le vêtement du propriétaire.

Robert Sauvage, porte-parole de FN Herstal, précise que l'achat de puces RFID s'inscrit toujours dans la cadre de ce projet pilote et qu'aucune décision définitive n'a encore été prise sur une éventuelle commercialisation de l'application. De même, aucun accord de collaboration n'a été signé avec le fournisseur VeriChip, pratiquement le seul fournisseur de ces puces sous-cutanées si controversées.

La FN réalise depuis des années déjà des tests pour la NIJ sur divers aspects de cette 'intelligence'. D'ailleurs, d'autres solutions ont déjà été testées, comme le recours à un code PIN ou de la reconnaissance biométrique. La collaboration entre la FN et le NIJ a été dévoilée lors de la présentation par le patron d'une discothèque d'une puce RFID d'accès.

Source: http://www.secuser.com/article.php?ID=10141

Marché RFID : des revenus multipliés par dix d'ici 2016

La valeur générée par le marché mondial de la RFID devrait presque décupler en dix ans, selon une étude IDTechEx. De 2,7 Md$ en 2006, la RFID générerait ainsi un revenu de 12,3 Md$ en 2010 et 26,2 Md$ en 2016.

Selon l'étude, 1,3 Md d'étiquettes RFID devraient être vendues cette année, celles-ci trouvant leur application dans une vaste diversité de domaines : transport, passeports, outils de paiement, authentification de médicaments, etc. Depuis l'apparition de cette technologie de traçabilité, 2,4 Md d'étiquettes ont été distribuées, dont un quart pour la seule année 2005. Le marché n'en est donc qu'à ses balbutiements et s'apprête à véritablement exploser. Pour preuve, le nombre d'étiquettes vendues annuellement devrait être multiplié par 450 d'ici 2016.

Pour en savoir plus sur la puce et se protéger:

http://www.refuspuce.populus.ch/

Commenter cet article