OGM en vue...!

Publié le par Vivre Debout

Tapis rouge pour OGM...

<<François Goulard, ministre de la Recherche, a présenté en Conseil des ministres, le 8 février dernier, son projet de loi sur les OGM.

    Ce projet de loi, d'une importance capitale pour l'avenir de notre santé, a été rédigé en urgence pour éviter à notre pays d'être condamné par la Cour de justice à une lourde amende (170 000 euros par jour) pour ne pas avoir transposé la directive européenne 2001/18 relative aux OGM (ce qui aurait dû être fait depuis trois ans).

    Conséquence: sa rédaction, très imparfaite, ouvre la porte à une nouvelle offensive des vendeurs de semences OGM en France. Le texte du projet de loi - qui n'a été connu que grâce à une fuite - reste très flou sur les questions importantes (en particulier sur les mesures de précaution visant à éliminer tout risque de contamination de champs non-OGM).

    Ces éléments concrets sont renvoyés à décrets d'application ultérieurs qui ne seront donc pas débattus au Parlement.

    II est en revanche beaucoup plus précis sur la protection des intérêts des vendeurs de semences OGM, puisqu'il précise qu'en cas de problème ce seront les exploitants qui assumeront la responsabilité juridique et pas ceux qui leur ont fourni les graines.

    Le texte réaffirme également le caractère confidentiel des informations communiquées par les producteurs d'OGM à l'administration. II organise aussi sans vergogne l'opacité des études scientifiques, en n'imposant pas la communication publique des analyses toxicologiques menées sur les animaux.

    Rappelons qu'en France, si l'étiquetage des aliments contenant des produits OGM se généralise, les produits issus des animaux nourris aux OGM (soja, maïs et colza) comme les oeufs, la viande, le beurre ou le lait, n'ont aucune obligation dans ce domaine...>>

Source: Revue "Pratique de santé" du mois de février 2006.
Édité par Santé Port-Royal (éditeur de «Plantes et Santé», «Quelle san
té», «Santé Yoga» et «Santé Pratique Animaux»). Tél.: 01 44 84 85 09. Fax: 01 42 00 56 92)


Commenter cet article