Médecine Nouvelle

Publié le par Vivre Debout

Le Docteur Hamer et la Médecine Nouvelle 

 

 

 

«Il y a des millénaires que l'humanité fait plus ou moins consciemment l'expérience qu'en définitive toutes les maladies ont une origine psychique et c'est devenu un acquis "scientifique" solidement ancré dans le patrimoine des connaissances universelles; seule la médecine "moderne" fait de nos êtres animés un sac plein de formules chimiques.»

Dr Ryke Geerd Hamer


Histoire du Docteur Ryke Geerd Hamer

Le Docteur Hamer était, au départ, un médecin comme bien d'autres. C'est un terrible drame personnel qui a été à l'origine de la puissante réflexion qui l'a amené à développer les grands principes de ce qui allait devenir la «Médecine Nouvelle Germanique».

L’adjectif «Germanique» semble avoir été ajouté pour deux raisons:

1) Différentes «écoles» ont aujourd’hui repris les travaux du Docteur Hamer et ont adopté ses conclusions, même sans s’y référer explicitement, de sorte que le Docteur Hamer tient à maintenir une claire distinction entre l’original et les «clones».

2) De plus, les ennemis de la «Médecine Nouvelle» lui semblent devoir provenir de milieux particuliers s’opposant, à travers lui, à ce que l’on pourrait appeler un certain «esprit allemand».

En Décembre 1978, suite à un «stupide accident», une «balle perdue», son fils Dirk, après une agonie de plusieurs mois, meurt, en milieu hospitalier. Peu de temps après ce drame, Ryke Geerd Hamer développe un cancer des testicules. Lui qui n'a jamais été malade, il ressent que cet événement n'est pas fortuit, et sa réflexion l'amène à penser que le grand choc émotionnel qu'il a vécu pourrait être  la cause de son cancer.

Le  choc ne provient pas seulement de la perte de son fils légitimement chéri mais aussi de son sentiment de culpabilité et de son remords de l’avoir laissé dans un hôpital conventionnel, alors que, probablement à juste titre, il n’avait pas confiance dans le personnel qui s’occupait de son fils dans cet hôpital…

En fait, selon les dires du Docteur Hamer, ce n’est pas lui tout seul qui va trouver les fondements de la Médecine Nouvelle mais c’est son fils décédé, Dirk, qui, lui apparaissant en rêve, la nuit, va lui indiquer les bonnes directions par où chercher.

Faut-il remercier le «Destin» ou le «Super Hasard» qui a brutalement retiré son fils à Ryke Geerd Hamer, événement sans lequel il n’aurait probablement jamais trouvé les causes psychiques des maladies en général et des cancers en particulier ? Nous le laissons chacun libre de répondre à cette question.

Toujours est-il que l’on peut trouver le récit détaillé de l’histoire de la perte de son fils, par le Docteur Hamer lui-même, à l’adresse:

En outre, une fois malade, le Docteur Hamer prend conscience du fait que les testicules étant, chez l’homme, les organes de la reproduction humaine, il est donc logique que ce soit eux les organes touchés par la maladie qui l’atteint, puisque le drame le touche en tant que père, géniteur de l’enfant mort.

Sa réflexion l'amène aussi à penser que si la maladie est causée par un choc ou un conflit, elle peut aussi se résorber si le conflit est réglé. En effet, la maladie est une réaction gros-matérielle à une situation émotionnelle qui menace la vie, car ces émotions bouleversent les énergies, et envoient un signal de danger mortel. Il se développe alors dans le cerveau ce qu'il a appelé un Foyer de Hamer, qui met en route un programme de "survie" en ciblant un organe particulier. Cela semble étrange, mais c'est bien ainsi qu'il voit les choses: ce que nous appelons couramment «maladie» est, en fait, un programme de survie, et seule la résolution du conflit initial peut mettre fin à ce programme spécial! 

Grâce à sa prise de conscience, le Docteur Hamer a survécu à son cancer, et il a entrepris de poursuivre ses recherches dans cette nouvelle voie. Ses travaux, qui commencèrent au début des années 80, n'ont, depuis lors, jamais cessé... tout comme la véritable persécution subie de la part des milieux médicaux officiels. Mais ces ennuis, le Docteur Hamer en comprend très bien la raison d’être au vu des enjeux économiques, idéologiques et de pouvoir qui imprègnent la médecine comme tant d’autres secteurs de l'activité humaine.

Une fois de plus, l’on peut, à ce sujet, se référer aux inévitables «Quatre étapes d’une Idée Nouvelle»… Pourtant, encore récemment, le Docteur Hamer a, de nouveau, été attaqué par la «justice» française et incarcéré en France, à Fleury-Mérogis, de sorte que l’on est encore assez loin de la quatrième étape…

Mais nous venons d’apprendre qu’après un an et demi passé en prison le Docteur Hamer, ayant résisté aux pressions visant à tenter de lui faire reconnaître qu’il s’est trompé, vient enfin d’être libéré. C’est donc victorieux qu’il sort de prison en Février 2006

Retour en arrière: C’est en 1981 qu’il publie son premier livre important. Sept années d'observations très nombreuses, de réflexion et de synthèse aboutissent au «FONDEMENT D'UNE MéDECINE NOUVELLE», volumineux ouvrage, abondamment illustré, de 700 pages et publié en 1988. Mais l'hostilité avait déjà culminé: radiation à vie en 1986 pour «refus d'abjurer la loi d'airain et de se convertir à la médecine classique»; décision qui fut ratifiée par le Tribunal constitutionnel fédéral, pour cause de - éh oui! - «débilité intellectuelle présumée».

Ayant dû déjà précédemment échapper aux nombreuses tentatives d'internement psychiatrique, il fait toujours l'objet d'un black-out systématique des médias ou des critiques, lesquels déforment copieusement ses affirmations. Et ses démarches de réhabilitation ont toujours avorté, car elles impliquent un sérieux examen, par ceux qui l'ont condamné, de la valeur de ses découvertes. Réhabilitation sans cesse repoussée, malgré les témoignages réguliers de vérification nationaux et internationaux, de chercheurs et praticiens.

Aujourd'hui, avec le courage de ses convictions et son enthousiasme pour la vérité, nul doute qu'il va recommencer à approfondir et propager son œuvre, qui est devenue un legs essentiel pour l'Art de Guérir.

Au sujet de cet Art voir encore:

Révolution dans l'Art de Guérir

Commenter cet article