Le peuple a beaucoup d'ennemis... 1/2

Publié le par Vivre Debout

  
  Sujet :
  
Fw: Un futur candidat à l'Elysée qui ne badine pas avec les règles du jeu de la démocratie.
  Date :
  
Dim, 26 Fév 2006 1:01 Heure de Paris
  De :
  
 
"Jacques Daudon" <jacques.daudon@club-internet.fr>
  A :
    
 

On ne pourra reprocher à Yvan Bachaud de ne pas connaître le bréviaire complet des leaders de partis qui trompent et trahissent les citoyens se moquant bien de la Constitution oubliant, et pour cause, que la souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum (article 3 de la Constitution de la Ve République ).

Ces arguments sont irréprochables, complets. Ils méritent qu'ils soient lus. Ainsi, chacun pourra se rendre compte des propos et des actes déloyaux de tous les acteurs politiques. Il est temps que nous en prenions conscience. Je salue le courage, la ténacité de ce citoyen, sans oublier qu'il argumente et polémique sur un point capital, nécessaire à l'exercice d'une véritable démocratie et à la revitalisation du pays. Jacques Daudon.

M. François BAYROU est un « Ennemi du Peuple »

Définition de « l’Ennemi du peuple »
"C’est une personne physique ou morale qui n’agit pas,- selon ses possibilités-, pour obtenir que - comme le Gouvernement et les Parlementaires – les citoyens disposent – eux aussi – de l’initiative de la LOI – en toutes matières – y compris constitutionnelle et de ratification des traités, et puissent ainsi avoir la « maîtrise de leur destin » et exercer la « souveraineté nationale » qui leur appartient,mais en théorie seulement, selon l’article 3 de notre Constitution.";t
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Dossier communiqué à l’intéressé avant diffusion pour d’éventuelles remarques.Aucune réponse.


+ Rappel des faits :.


+ En 1993, pour les législatives,
l’UDF avait signé une plate-forme commune avec le RPR publiée par exemple dans le Figaro du 10.03.1993 dans laquelle on pouvait lire :
« Nous voulons également permettre, en instituant un droit d’initiative populaire, à un groupe important de citoyens, de proposer l’organisation d’un référendum sur un sujet. »
M. BAYROU s’est fait élire sur cette plate-forme puis a été Ministre de l’éducation nationale de M. BALLADUR et quand un Congrès a été annoncé pour adopter la Cour de Justice de la République, afin que les ministres socialistes soient jugés par leurs copains Parlementaires dans l’affaire du sang contaminé, on n’a pas entendu M.BAYROU demander que le RIP, promis dans l’année 93 par le RPR soit – également - mis à l’ordre du jour du Congrès. En revanche pas un Parlementaire UDF n’a voté contre cette Cour scélérate refusée 6 mois plus tôt, par 80% des Français. Sondage SOFRES pour Le Monde du 19.11.1992.


+ Depuis 2002, M. BAYROU
se plaint de ne pas être écouté par l’UMP, de voir tous ses amendements rejetés. Il a raison car certaines propositions étaient judicieuses.
OR, si le référendum d’initiative citoyenne existait le Gouvernement serait obligé de conduire une véritable concertation avec toutes les parties prenantes sinon il s’exposerait à voir tout ou partie de ses projets soumis aux citoyens et abrogés, comme cela a été le cas en février et en juin 2004 en Suisse pour deux fois trois lois.


+ Le 24.11.2003, après de très nombreux mois de relance de ma question sur le référendum d’initiative citoyenne j’ai enfin obtenu le M. Hervé Morin, président du groupe UDF à l’Assemblée nationale, la réponse suivante :..
« Je suis favorable à l'instauration en France du référendum d'initiative citoyenne. »
J
e lui ai alors aussitôt demandé de déposer une question écrite et orale au Premier Ministre en lui demandant avant quelle date il allait déposer une proposition de loi en faveur du RIP inscrit dans le programme 2002 de J.CHIRAC et sans l’indication d’une date raisonnable, de déposer une proposition de loi UDF en faveur du RIC et de l’inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale à l’occasion de sa prochaine niche.
Sans réponse du Président du groupe UDF, H.Morin, j’ai saisi M. BAYROU.

+ Le 21.07. 2004 M. BAYROU m’a répondu :
.
« Je vous remercie de votre message à propos du referendum d'initiative populaire. C'est une disposition que nous mettrons à l'ordre du jour de notre prochain débat sur l'évolution nécessaire des institutions en France. Dès lors, nous nous prononcerons directement sur ce sujet.(…).François Bayrou.

Quand on interroge M.BAYROU sur les prestations télévisées de M. De Villepin, il l’assassine en disant : « Des mots, des paroles.. » Mais quand c'est sur les actes de l’UDF en faveur du RIC après « les mots et les paroles » , M. BAYROU ne répond pas.. .... Au moins deux raisons possibles à ce silence :
• Comme bien d’autres politiciens, M.BAYROU juge les citoyens incapables de faire autre chose que de voter, si possible pour lui, tous les 5 ou 6 ans.


• M. BAYROU, n’a en tête et pour objectif que les présidentielles de 2007 et moins le contenu des réformes UMP est bon, plus cela lui donne de la place pour « exister ».Plus la situation de la France et des Français est mauvaise plus il pense avoir de voix.. Il ne veut donc surtout pas du RIC qui lui permettrait de soumettre aux citoyens ses amendements et propositions et leur donner la « maîtrise de leur destin » .
Pourtant selon un sondage SOFRES des 12-13 mars 2003 pour « Lire la politique », 82% des Français sont POUR le RIC..
Conclusion.
M. Bayrou est « un ennemi du Peuple » pour lequel il ne faudra pas voter en 2007

Yvan Bachaud , " Le candidat des citoyens" à la Présidentielle 2007


M.Nicolas DUPONT-AIGNAN est Un « ennemi du peuple »

Définition de « l’Ennemi du peuple »
"C’est une personne physique ou morale qui n’agit pas,- selon ses possibilités-, pour obtenir que - comme le Gouvernement et les Parlementaires – les citoyens disposent – eux aussi – de l’initiative de la LOI – en toutes matières – y compris constitutionnelle et de ratification des traités, et puissent ainsi avoir la « maîtrise de leur destin » et exercer la « souveraineté nationale » qui leur appartient,mais en théorie seulement, selon l’article 3 de notre Constitution."e
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Dossier communiqué à l’intéressé avant diffusion pour d’éventuelles remarques.Sa réponse en fin de dossier.

+ Rappel des faits.


Dans un courriel du 01.06.2004 M. Dupont-Aignan nous a écrit :
« (…) Sachez que je partage entièrement votre sentiment sur la nécessité de donner corps au référendum d’ini-tiative populaire, qui est parfaitement dans l’esprit des institutions de la Vème République et du gaullisme.(…) »
Depuis cette date nous lui avons demandé s’il était prêt à réaliser trois actions pour être cohérent avec sa « déclaration » en faveur du RIP.

1° Déposer une question écrite au Premier Ministre
Lui demandant en substance avant quelle date il s’engageait à déposer un projet de loi en faveur du RIP inscrit dans la profession de foi du second tour 2002 de J.Chirac qui comme Président du RPR l’avait déjà promis dans l’année 1993 ( 4ème de 20 promesses dans « La réforme maintenant ! »).
2°Déposer la même question , dans le circuit interne
et démocratique de l’UMP pour qu’il puisse la poser au Premier ministre en séance publique. Et qu’il rende publique les résultats du vote en cas de refus d’autorisation avec les noms des députés pour et contre.
3° Déposer une proposition de Loi en faveur du RIP dans le circuit interne et démocratique de l’UMP décidant de l’inscription des propositions de loi à l’ordre du jour de l’A.N à l’occasion de la prochaine niche du Groupe. Et de rendre publiques les résultats du vote en cas de refus de sa roposition.
Pendant 18 MOIS nous avons fait de nombreuses relances par courriel et par téléphone pour obtenir des réponses. En vain.

Rappelons que lors de la discussion de la loi sur la décentralisation du 13.08.2004 M.Dupont-Aignan, ce « champion » auto proclamé du RIP n’a pas déposé le moindre amendement en faveur du RIP , même au niveau local. C’est affligeant.
M. DUPONT-AIGNAN n’a contesté aucun fait relaté, mais nous a écrit :
« (…)je vous avoue être profondément choqué par votre propos.
En effet, en qualifiant un représentant de la Nation « d’ennemi du peuple » vous participez au démantèlement de la République. »

Cela m'ayant beaucoup fait rire,je voulais vous en faire profiter.

Conclusion :
.Nicolas DUPONT-AIGNAN : Un « ennemi du peuple » : Surtout ne votez pas pour lui, s’il est toujours là en 2007…

Yvan Bachaud , " Le candidat des citoyens" à la Présidentielle 2007


M. Laurent FABIUS est un « ennemi du peuple »

Définition de « l’Ennemi du peuple »
"C’est une personne physique ou morale qui n’agit pas,- selon ses possibilités-, pour obtenir que - comme le Gouvernement et les Parlementaires – les citoyens disposent – eux aussi – de l’initiative de la LOI – en toutes matières – y compris constitutionnelle et de ratification des traités, et puissent ainsi avoir la « maîtrise de leur destin » et exercer la « souveraineté nationale » qui leur appartient,mais en théorie seulement, selon l’article 3 de notre Constitution."
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Dossier communiqué à l’intéressé avant diffusion pour d’éventuelles remarques.Aucune réponse.

+ Rappel des faits :.


M. Fabius qui était le " chouchou" de François Mitterrand, ne peut ignorer que son ami Président a écrit en 1988, dans sa lettre à tous les Français que le référendum d’initiative populaire (RIP) était “ une aspiration "profonde des Français ” et qu’il allait “saisir le légiste”.
M. Fabius n’a jamais eu l’intention de répondre à cette aspiration profonde des Français.
Sinon quand il était Premier Ministre il avait tous les moyens de le faire.


+En 1993,le Gouvernement Bérégovoy, ayant adopté le 10.mars , quatre jours avant sa mise à la porte, un projet de loi en faveur du référendum d'initiative populaire, nous avions fait une campagne auprès des " caciques" du P.S qui étaient Maires pour leur demander d'instaurer le référendum d'initiative citoyenne dans leur commune et "d'exiger" de M.Balladur l'instauration du RIP, promis dans l'année comme 4ème de 20 promesses du RPR présidé par J.Chirac. M. Fabius était de ces Maires socialistes contactés. Mais malgré plusieurs relances, nous n'avons jamais eu de réponse. M. Fabius se révélera un adepte de l'adage:" La parole est d'argent mais le silence est d'or."
M.Fabius n'a bien sûr pas non plus demandé à M. Balladur d'instaurer le RIP; il était trop content que celui-ci réunisse en hâte un Congrès en juillet pour créer la Cour de Justice de la République afin que des Ministres socialistes, dont lui, soient jugés par leurs copains parlementaires dans l'affaire du sang contaminé.


+ En 2004,M.Fabius n’a sûr pas déposé un amendement en faveur du référendum d'initiative citoyenne local lors de la discussion de la loi du 13/08/2004, Titre VII "Consultation des électeurs et fonctionnement des assemblées locales" en son article 122. Art. L1112-16 dispose, pour les Régions, que :
« (…)... 10% des électeurs peuvent demander à ce que soit inscrite à l'ordre du jour de l'assemblée délibérante de la collectivité l'organisation d'une consultation sur toute affaire relevant de la décision de cette assemblée. (...) »
Plus de 620.000 signatures !à réunir en Ile de France pour simplement mettre à l’ordre du jour de l’assemblée délibérante de la Région une demande de « consultation » qui pourra être refusé et qui en tous cas ne serait qu'un simple avis ne l'engageant pas.


+En 2005 pendant la campagne sur le Traité constitutionnel européen;
M. Fabius
a choisi le camp du NON, un peu à la surprise générale, probablement par calcul en vue de l'élection présidentielle, pensant que la Gauche ne pouvait pas gagner au second tour sans les voix des Altermondialistes notamment d'extrême gauche..
Nous lui avons envoyé plusieurs mails lui demandant de mettre en avant l'absence de démocratie du TCE en prenant en flagrant délit de double langage les membres du Gouvernement sur l'article I.47-4 qui disposait qu’un million de personnes pouvaient seulement « inviter la Commission » à faire « une proposition appropriée » sur un sujet. Ce qui veut bien dire en Français qu’elle n’était nullement tenue de donner suite à « l’invitation. »..
Ce qui n'avez rien à voir avec le RIC européen inscrit dans le projet de Constitution d'A.JUPPE rendu public en juin 2000 par président de l'UMP par lequel UN millions d'électeurs pouvaient imposer un référendum pour abroger une directive ou en proposer une nouvelle. Ce qui était dans le droit fil du RIP inscrit dans la profession de foi de J.Chirac au second tour 2002.
M.Fabius ne l'a jamais fait, le RIP est un sujet tabou dans le microcosme politique..

+En 2005 notons également que le RIC n'était pas dans la "contribution "Fabius.

+ En 2006,j'ai reposé la question du RIP à M.Fabius le "Présidentiable"..
- Le 20.06.2005 en demandant un AR que nous n'avons jamais eu de réponse.
- Le 12.09.2005 j'ai téléphoné à l’Assemblée nationale où il m'a été dit que le message n’était pas parvenu. Je l'ai renvoyé aussitôt en demandant un A.R.. immédiat , ne l'ayant pas eu j'ai appelé, on m'a dit l’avoir reçu.
- Le 17.11.2005 nous avons téléphoné, il nous a été dit.. que le message n’était pas parvenu..!

Conclusion.

M.FABIUS est un « ennemi du Peuple » pour lequel il ne faudra pas voter en 2007…

Yvan Bachaud , " Le candidat des citoyens" à la Présidentielle 2007


M. François HOLLANDE est un « Ennemi du Peuple »

Définition de « l’Ennemi du peuple »
"C’est une personne physique ou morale qui n’agit pas,- selon ses possibilités-, pour obtenir que - comme le Gouvernement et les Parlementaires – les citoyens disposent – eux aussi – de l’initiative de la LOI – en toutes matières – y compris constitutionnelle et de ratification des traités, et puissent ainsi avoir la « maîtrise de leur destin » et exercer la « souveraineté nationale » qui leur appartient,mais en théorie seulement, selon l’article 3 de notre Constitution."
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Dossier communiqué à l’intéressé avant diffusion pour d’éventuelles remarques.Aucune réponse.

+ Rappel des faits :


F.Hollande est un énarque, professionnel de la politique qui ne peut ignorer qu'en 1988, dans sa lettre à tous les Français, François Mitterrand avait écrit que le référendum d’initiative populaire (RIP) était “ une aspiration profonde des Français ” et qu’il allait “saisir le légiste”. Il l'ignore d'autant moins que sa" compagne", Ségolène Royal faisait partie du Gouvernement qui le 10 mars 1993, ,à la surprise générale selon Le Monde du 12.mars p. 8, avait adopté ,4 jours avant sa mise à la porte, un projet de Loi en faveur du référendum d’initiative populaire (RIP)qui avait été déposé sur le Bureau du Sénat où il est encore


+ En avril 2004 nous avons écrit au 1er Secrétaire du PS. Nous lui avons rappelé que:
Selon un sondage SOFRES des 12-13 mars 2003 pour « Lire la politique » :
82% des Français souhaitent pouvoir lancer des référendums sur les sujets de leur choix. et que l'on ne voyait pas comment l’UMP de J.Chirac qui le promet depuis 12 ans et encore expressément dans sa profession de foi du second tour 2002 pourrait voter contre si une proposition de loi était mise à l'ordre du jour par un groupe parlementaire quel qu'il soit.
Que les Français ne pourraient comprendre qu'il passait à la télévision demander « solennellement » à M.Raffarin de retirer son texte modifiant la LOI sur les 35H , ce qui est totalement vain, au lieu de mettre à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale une proposition de loi en faveur du RIC qui permettrait aux citoyens de soumettre directement aux Français l’abrogation de tout ou partie de Loi comme cela existe en Suisse ou en Italie.


Et nous avions posé quatre questions simples et claires:
" 1° Quand allez vous déposer une question écrite au gouvernement sur la DATE d'instauration du RIP ?
2° Quand allez vous déposer une question orale au gouvernement sur la DATE d'instauration du RIP ?
3° Quand allez vous déposer une proposition de loi en faveur du RIP ?
4° Votre groupe est il prêt à l’inscrire à l’ordre du jour lors de sa prochaine « niche » ?"

Allez vous utiliser vos prérogatives de Parlementaires pour tenter d’obtenir le RIP que souhaitent 82% des Français car il leur permettrait de contrôler – sans délai – l’Etat UMP , ou allez vous en être le complice pendant 3 ans en laissant dans la misère ceux que vous prétendez défendre simplement pour assurer une alternance en 2007 ?


Voici en " réponse" le courriel intégral de F.Hollande

N. Réf. : FH/NB/23808 Paris, le 7 mai 2004 A l¹attention d¹Yvan Bachaud
Monsieur,
J¹ai bien reçu votre message dans lequel vous soutenez le référendum d¹initiative populaire. Je partage votre point de vue à cet égard.
Soucieux de l¹exigence de démocratie participative exprimée par les Français, j¹entends justement renouveler notre méthode en associant toutes les forces vives à l¹élaboration de notre projet pour préparer l¹alternance..
Dans le même temps, nous devons nous appuyer sur la démocratie participative au niveau local, (à l¹exemple de l¹initiative prise récemment à St-Rémy-de-Provence), pour améliorer la vie quotidienne de nos concitoyens, ainsi que nous nous y sommes engagés.
Bien cordialement à vous.
François HOLLANDE
Nous lui avons par retour demandé de répondre aux 4 questions posées restées sans réponse, car il ne suffit pas d'écrire que l'on est pour le RIP il faut mettre ses ACTES en cohérence avec ses déclarations. Nous n'avons jamais eu de réponse.

+Le double langage de F.Hollande à propos de la LOI sur la décentralisation.
La loi scélérate du 13/08/2004, Titre VII "Consultation des électeurs et fonctionnement des assemblées locales" en son article 122. Art. L1112-16 dispose que 10% des électeurs des Régions et 20% de ceux des communes :
« (…)... peuvent demander à ce que soit inscrite à l'ordre du jour de l'assemblée délibérante de la collectivité l'organisation d'une consultation sur toute affaire relevant de la décision de cette assemblée. (...) »
L'assemblée délibérante peut refuser cette consultation qui n'est en tous cas qu'un simple avis ne l'engageant pas.
Cela n'a pas grand-chose à voir avec le RIC, pourtant F.Hollande après avoir écrit soutenir le RIC n'a - à la même époque- pas déposé le moindre amendement pour que les signatures des citoyens puissent imposer la consultation aux élus et pour que le résultat du vote s'impose aux élus. C'est cela le RIC, rien d'autre
Ce mépris des citoyens est affligeant chez le 1er Secrétaire d'un parti qui prétend à gouverner la France en 2007.


Conclusion.
F.HOLLANDE est un« ennemi du Peuple » il ne faudra pas voter pour lui en 2007 ..

Yvan Bachaud , " Le candidat des citoyens" à la Présidentielle 2007


Mme LAGUILLER Arlette est une " ennemie du peuple"

Définition de « l’Ennemi du peuple »
"C’est une personne physique ou morale qui n’agit pas,- selon ses possibilités-, pour obtenir que - comme le Gouvernement et les Parlementaires – les citoyens disposent – eux aussi – de l’initiative de la LOI – en toutes matières – y compris constitutionnelle et de ratification des traités, et puissent ainsi avoir la « maîtrise de leur destin » et exercer la « souveraineté nationale » qui leur appartient,mais en théorie seulement, selon l’article 3 de notre Constitution."
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Dossier communiqué à l’intéressé avant diffusion pour d’éventuelles remarques.Aucune réponse.

+ Rappel des faits :


Il y a une dizaine années j'avais pu demander en direct sur RMC à Arlette LAGUILLER invitée de la station, si elle était favorable au référendum d'initiative citoyenne qui LUI permettrait de soumettre directement aux citoyens une question visant soit à abroger tout ou partie d'une loi soit à en proposer de nouvelle. Elle n'avait bien sûr pas répondu OUI ou NON à cette question pourtant claire. De mémoire elle m'avait dit en substance que les travailleurs ne pourraient obtenir quelque chose que par le " rapport de force" par la lutte dans les entreprises et les manifestations dans la rue
Depuis je ne l'ai jamais entendu demander au Gouvernement l'instauration du RIC promis depuis 13 ANS par J.CHIRAC et encore expressément dans sa profession de foi du second tour 2002.
Je n'ai jamais vu le RIC dans le programme de LO qui ne souhaite pas que « les travailleuses et les travailleurs. » aient " l'initiative de la loi".

Conclusion.
Mme Arlette LAGUILLER est une « ennemie du Peuple » il ne faudra pas voterpou elle en 2007…

Yvan Bachaud , " Le candidat des citoyens" à la Présidentielle 2007


M.Jack LANG est un " ennemi du peuple"

Définition de « l’Ennemi du peuple »
"C’est une personne physique ou morale qui n’agit pas,- selon ses possibilités-, pour obtenir que - comme le Gouvernement et les Parlementaires – les citoyens disposent – eux aussi – de l’initiative de la LOI – en toutes matières – y compris constitutionnelle et de ratification des traités, et puissent ainsi avoir la « maîtrise de leur destin » et exercer la « souveraineté nationale » qui leur appartient,mais en théorie seulement, selon l’article 3 de notre Constitution."
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Dossier communiqué à l’intéressé avant diffusion pour d’éventuelles remarques.Aucune réponse.

+ Rappel des faits :...;;;;;;;;;
M..LANG alpiniste bien connu pour une participation sans faille évidemment ! aux traditionnelles ascensions médiatisées de la roche de Solutré comme sherpa de François Mitterrand , ne peut ignorer que son ami Président a écrit en 1988, dans sa lettre à tous les Français que le référendum d’initiative populaire (RIP) était “ une aspiration profonde des Français ” et qu’il allait “saisir le légiste”.
M.LANG n’a jamais eu l’intention de répondre à cette aspiration profonde des Français.
Pendant sa très longue carrière Parlementaire liée aujourd’hui à un « parachutage »dans un fief socialiste, n’a bien sûr jamais déposé une proposition de loi en faveur du RIC et quand il expose son « programme » pour la France dans ses livres il n’y a bien sûr pas trace de référendum d’initiative citoyenne;


+En 2004, il n’a même pas déposé un amendement
en faveur du référendum d'initiative citoyenne local lors de la discussion de la loi du 13/08/2004, Titre VII "Consultation des électeurs et fonctionnement des assemblées locales" en son article 122. Art. L1112-16 dispose, pour les Régions, que :
« (…)... 10% des électeurs peuvent demander à ce que soit inscrite à l'ordre du jour de l'assemblée délibérante de la collectivité l'organisation d'une consultation sur toute affaire relevant de la décision de cette assemblée. (...) »
Plus de 620.000 signatures !à réunir en Ile de France pour simplement mettre à l’ordre du jour de l’assemblée délibérante de la Région une demande de « consultation » qui pourra être refusé et qui en tous cas ne serait qu'un simple avis ne l'engageant pas.

M.LANG , est de plus un champion de la désinformation…
Pendant la campagne sur le Traité constitutionnel européen, il a atteint des sommets.
Dans le FIGARO du 26.01.2005 il y a eu un débat Jack LANG /Philippe DE VILLIERS.
« (…)LE FIGARO: Vous divergez sur le caractère démocratique de l'Union Le traité constitutionnel marque-t-il un pas en avant ou une régression ?
J.LANG. ¬ Si les mots ont un sens, ce traité marque une avancée, bien sûr ! (…), contient une charte sur les droits fondamentaux et développe la démocratie participative avec le référendum d'initiative populaire. (…) On peut toujours faire mieux, mais ce n'est déjà pas si mal ! Sauf pour vous, Philippe de Villiers..(…) »
Il est totalement mensonger d’affirmer que le référendum d'initiative populaire (RIP) était inscrit dans ce traité.
M.LANG, a cherché délibérément à tromper les Français car, professeur de Droit public il savait très bien ce qu’est un référendum d’initiative populaire, et en tous cas rien moins qu’une procédure ne donnant aucun pouvoir aux citoyens, comme l’article I.47-4 qui disposait qu’un un million de personnes pouvaient seulement « inviter la Commission » à faire « une proposition appropriée » sur un sujet. Ce qui veut dire en Français qu’elle n’était nullement tenue de donner suite à « l’invitation. ».Cela a été reconnu par tout le monde.
Le peuple Français qui s’était fortement mobilisé a - fort justement - rejeté ce traité constitutionnel qui n’avait pas attribué la « souveraineté européenne » aux citoyens, les privant d’une procédure de référendum d’initiative citoyenne europée n indispensable.


Nouveau: (25.01.06)...
J.Lang lance une pétition "SOS Jeunesse en danger"contre le Contrat de Première Embauche (CPE).! Pourquoi ne dépose t il pas une proposition le loi en faveur du RIC en la faisant mettre à l'ordre du jour lors de la " niche" du PS?? Il pourrait avec le RIC faire déboucher sa collecte de signatures sur un référendum pour faire abroger le CPE et d'autres lois jusqu'à 12 le même jour en Italie où le RIC abrogatif existe.

Conclusion.
M.LANG est un « ennemi du Peuple » pour lequel il ne faudra pas voter en 2007…

Yvan Bachaud , " Le candidat des citoyens" à la Présidentielle 2007


M.LE PEN Jean-Marie est un« ennemi du peuple »

Définition de « l’Ennemi du peuple »
"C’est une personne physique ou morale qui n’agit pas,- selon ses possibilités-, pour obtenir que - comme le Gouvernement et les Parlementaires – les citoyens disposent – eux aussi – de l’initiative de la LOI – en toutes matières – y compris constitutionnelle et de ratification des traités, et puissent ainsi avoir la « maîtrise de leur destin » et exercer la « souveraineté nationale » qui leur appartient,mais en théorie seulement, selon l’article 3 de notre Constitution."
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Dossier communiqué à l’intéressé avant diffusion pour d’éventuelles remarques.Aucune réponse.

+ Rappel des faits :


Pour un parti comme celui de M. Le Pen qui n’a aucun député, d'ailleurs en raison d'un mode de scrutin honteux , le Référen-dum d'initiative populaire(RIP) est le SEUL outil qui lui permettrait d’avoir une chance de donner "force de LOI" à certaines de ses propositions. Il devrait donc être N°1 dans son programme. Or c'est " un détail" pour ne pas dire un super détail..
En effet, dans le programme du F.N exposé en 423 pages. Le RIP n’est pas un « détail » mais un « super détail » : sur les 423 pages de # 35 lignes soit :# 14.805 il n’y a que 5 lignes consacrées au RIP soit 3 pour 1000 du programme Front national . A la page 177!, après avoir exposé en 3° le souhait de l’extension du champ du référendum on peut lire :
« 4° Créer le référendum d’initiative populaire.
Au delà de cette extension, le peuple français , comme en Suisse ou en Italie doit avoir l’initiative du référendum. En recueillant la signature d’un nombre suffisant d’électeurs, les citoyens doivent pouvoir provoquer l’organisation d’un référendum tant au niveau national que local. »
Ces 5 lignes ne sont donc qu'un alibi..

+ En 1993 quelles actions de M. Le Pen en faveur du RIC?
Pendant la campagne législative de 1993, le RPR avait comme 4ème de 20 promesse l’instauration du RIP dans l’année 1993, OR une fois élu le gouvernement RPR a bien modifié la Constitution en réunissant un Congrès mais pas pour instaurer le RIP promis dans l’année mais pour instaurer la Cour de justice de la république en hâte pour que les ministres soient jugés par leurs copains parlementaire dans l’affaire du sang contaminé. ! M.LE PEN l'aurait eu belle de dénoncer la justice des coquins puisque 80% des Français étaient contre selon un sondage Sofres le Monde du 19.11.92 et que 82% étaient pour le RIC !
OR nous l’avons jamais entendu rappeler à M. Balladur la promesse millésimée du RPR reprise en plus – sans date - dans la plate-forme commune de l’UPF.
Et d’une manière générale il est rarissime que M. Le Pen évoque le RIP c’est un FAIT
Il pourrait pourtant notamment le faire en direct sur toutes les télévisions et avec une audience maximum tous les soirs d'élections .Il ne l'a jamais fait.


+En 1995 pour la Présidentielle.
Le RIC n'était pas dans les " 10 commandements" de sa profession de foi présidenielle.Mieux le mot ne figure nulle part dans cette profession de foi.


+ En 1995 pour les Municipales.
Le programme du F.N était présenté sous la forme d’un chéquier mais celui qui promettait le RIC à la demande de 5% des inscrits s’est révélé être un chèque en bois.
Malgré de nombreuses relances, il n'a jamais été instauré dans les 4 Mairies FN du Midi On a donc pu constater que les rares fois où le F.N est au Pouvoir il ne respecte pas ses promesses, comme "la bande des 4 " qu’il dénonce pourtant de ce chef.. !


+ En 1997 pour les législatives.
Le 09.05.97 sur France Inter , à" Radio com",M. Le Pen était en campagne législative.
J'ai par miracle pu lui poser une longue question en direct.!
" Une question à deux volets pour M. Le Pen.
+ Au plan national:
Pourquoi le F.N qui a le référendum d'initiative populaire dans son programme n'a t il jamais demandé à J.CHIRAC qui l'avait promis dans l'année de respecter sa parole, permettant ainsi à la France et aux Français de bénéficier - sans délai - des potions magiques et mirifiques du docteur Le Pen ?
+Au plan municipal:
En 1995,les candidats Front National promettaient le référendum d'initiative populaire communal à la demande de 5% des inscrits; mais après l'élection les 4 Maires F.N ,dont Mme MEGRET, ont tous refusé de l'instaurer malgré mes relances.
Vous dénoncez souvent l'absence de parole de la " Bande des 4",alors, M. Le Pen, pour pouvoir garder "la tête haute et les mains propres" comme vous dites, allez vous exclure ces 4 brebis galeuses dont le non respect des promesses électorales du parti porte atteinte à son honorabilité sans tache ?! ”

"Réponse"..! de M.LE PEN:
Je réponds aux questions, cher monsieur, je n'engage pas de débat polémique avec vous. Vous ne me questionnez pas ,vous me critiquez , c'est tout à fait différent.

M. Pierre Lemarcq: Alors une question de Jérôme...." Fin
(Un journaliste digne de ce nom lui aurait dit que s'il ne respectait "le contrat" en répondant aux questions des auditeurs il allait passer immédiatement de la musique!)


+ En 2002 lors de la Présidentielle
Ni au 1er ni au 2ème tour les mots référendum d'initiative populaire n'étaient inscrits dans ses professions de foi .Comme en 95..


+ Depuis 2002 M.LE PEN n'a jamais demandé à Jacques CHIRAC d'instaurer le RIP que -LUI - avait expressément inscrit dans sa profession de foi du second tour 2002..
Normal, le fond de commerce de M. LE PEN c'est le mauvais état économique et social de la FRANCE .Il ne veut pas que cela change.
C'est un imposteur satisfait d'un système qui lui permet de distribuer des " fromages" à sa famille et à ses proches,au Parlement européen et dans les Conseils régionaux et de toucher # 2 euro par an pour chacune des quelques 3 millions de voix obtenues aux législatives + les remboursements des frais électoraux.


+ Insuffisance ou la connivence des médias.?
Quand ils tentent par exemple de mettre JM Le Pen en difficulté c'est en lui reprochant d’avoir pour fond de commerce de se poser en victime jamais invitée par les médias.. ! Or c’est une évidence criante et de plus chiffrée de manière indiscutable, et JM Le Pen les roule dans la farine..
Ou on l'attaque sur le racisme, on lui parle d'il y a 60 ans..! et on lui passe les 2 ou 3 fameux jeux de mots plus ou moins vaseux que l’on peut certes ne pas apprécier, ou on évoque la bousculade d’une élue P .S. M. .Le Pen a beau jeu de dire qu’en 15 ans c’est tout ce qu’on lui reproche et que certes il n’est pas parfait mais que cela ne lui semble pas bien grave. Comme griefs sur 15 ans c’est en effet plutôt léger.. !


Pourtant, forcer M. LE PEN à s'expliquer sur les FAITS exposés ci-dessus, en l'empêchant de se défiler comme face à moi, démontrerait aux électeurs du F.N qu'il n'est qu'un imposteur.


Conclusion.
M.Le PEN est un « ennemi du Peuple » pour lequel il ne faudra pas voter en 2007…

Yvan Bachaud , " Le candidat des citoyens" à la Présidentielle 2007


Mme Ségolène ROYAL est une " ennemie du peuple"

Définition de « l’Ennemi du peuple »
"C’est une personne physique ou morale qui n’agit pas,- selon ses possibilités-, pour obtenir que - comme le Gouvernement et les Parlementaires – les citoyens disposent – eux aussi – de l’initiative de la LOI – en toutes matières – y compris constitutionnelle et de ratification des traités, et puissent ainsi avoir la « maîtrise de leur destin » et exercer la « souveraineté nationale » qui leur appartient,mais en théorie seulement, selon l’article 3 de notre Constitution."
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Dossier communiqué à l’intéressé avant diffusion pour d’éventuelles remarques.Aucune réponse.

;;;;


Voir la suite dans l'article suivant...

Commenter cet article