Grippe aviaire - émoi

Publié le par Vivre Debout

Grippe aviaire-émoi - Grippe aviaire et moi?

Un internaute écrit:


"Nous" voici en émoi! Et pourquoi? Parce qu'un chat est mort! (soi-disant de la grippe aviaire). Vous vous rendez compte?!

On commence par confiner les volailles, puis les chats, etc ... et après c'est les êtres humains.

Et s'ils sont infectés, on les incinère ... comme les êtres humains?

Nous verrons bien.

Mais plus la ficelle est grosse  et mieux çà marche."


A l'appui de l'opinion de correspondant, il semblerait, en effet, à la vue du sondage reproduit ci-dessous - dont il, est, par exemple, possible de prendre connaissance en ce 3 Mars 2006 -, que cela marche plutôt bien:


Si des chats deviennent aussi vecteurs du virus, que faudrait-il faire ?
39% Vacciner tout de suite tous les animaux domestiques et commencer soi-même à prendre des antiviraux  
24% Isoler et vacciner tout de suite tous les animaux domestiques  
23% Continuer la surveillance et la vaccination au cas par cas  
14% Vacciner tous les chats et tous les oiseaux  
Votes exprimés: 5 731


A noter, dans ce sondage -comme c'est subtil! -, que l'option "zéro vaccin"n'existe, tout simplement, pas!!!

Il s'agit juste de choisir entre plus ou moins vacciner...

Pas d'autre alternative!!!

Et c'est vrai que, selon les dicours préfectoraux, cela s'annonce mal pour les minous, de même que pour les chienchiens bien-aimés:

"
Les chats devraient être gardés à l'intérieur et les chiens devraient être gardés en laisse ou bridés d'une autre façon et gardés sous la responsabilité du propriétaire."

Il paraîtrait même que le "code rural"
, qui "interdit de laisser divaguer les animaux", déclare aussi déjà ceci:

"Tout chat non identifié trouvé à plus de deux cents mètres des habitations ou tout chat trouvé à plus de mille mètres du domicile de son maître et qui n'est pas sous la surveillance immédiate de celui-ci, ainsi que tout chat dont le propriétaire n'est pas connu, peuvent être immédiatement saisis par la police."

Chat alors! :-O

Remettez-vous de votre émoi, cher correspondant, après tout vous n'êtes pas un chat!

Sachez aussi qu'en haut lieu l'on veille sur vous:

"En France, 70 millions de masques seront disponibles d'ici à la fin de l'année."

"La France a réservé 40 millions de traitements vaccinaux annonce le ministre de la Santé."


Mais risque-t-on une catastrophe mondiale?, that is the question...
Une pandémie de grippe, c'est-à-dire une épidémie mondiale du type de celles survenues en 1918-19 (espagnole - 20 à 40 millions de morts), 1957 (asiatique - 4 millions) ou 1968 (Hong Kong - 2 millions), serait, paraîtrait-il, à redouter si le H5N1 de la grippe aviaire s'adaptait à l'homme. En Mars 2006, l'on peut dire que, depuis 2003, ce virus a déjà tué en Asie du Sud-est 62 personnes. Mais, selon l'OMS
(Organisation Mondiale de la Santé) - et selon divers scénarios plus ou moins alarmistes -,  une pandémie pourrait faire 7, 10, 50, voire 100 millions de morts...

En lisant regardant la TV, en écoutant la radio, en lisant la presse il est, du reste, possible d'apprendre que, plus de deux ans après le déclenchement d'une crise sanitaire qu'ils voient s'installer dans la durée, les experts vétérinaires de cinquante pays européens déplorent "la modestie des connaissances disponibles relativement au "vecteur de la grippe aviaire"".


Quelles espèces transmettent le virus? Quel rôle jouent en cela les oiseaux migrateurs? Quelle est l'importance des contamination inter-espèces?, beaucoup de questions auxquelles les services vétérinaires de l'agence des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) n'ont que fort peu de réponses assurées.

Alors que chaque nouveau jour qui arrive apporte son lot de pays contaminés, les pays membres de l'Organisation mondiale de la santé animale, organisation sympathiquement appelée "OIE" (sigle) se sont, paraît-il, récemment réunis à Paris pour une "réunion d'urgence" de deux jours au cours de laquelle ils ont "recommandé d'accélérer les recherches sur le rôle des oiseaux sauvages dans la transmission du virus".

Le directeur général de ce curieux "jeu" de l'OIE aurait fait remarquer que chaque source virale présente une éligibilité pour des races particulières.

En fait, il semblerait que le virus H5N1, à l'origine de la crise actuelle, soit particulièrement virulent envers les poules et les cailles, dans une moindre mesure envers les canards d'élevage. Mais dans la nature, il s'attaquerait, sans discrimination, à toutes sortes d'espèces, au total une trentaine...


L'on aurait ainsi retrouvé ce virus chez les hérons, les mouettes rieuses, les cigognes, les flamants, les aigrettes, les cormorans, les chouettes, les autours, les faucons pélerins, les poules d'eau et, bien sûr, - "OIE" oblige! - les oies...

A noter, toutefois, que:

"Les cygnes semblent la meilleure sentinelle de la maladie: c'est l'espèce touchée dans le plus grand nombre de pays (une douzaine)."

Ceci est une très important indication à prendre en compte: Plus les animaux sont lumineux (se référer, par exemple, au célébrissime "Lac des Cygnes" de Piotr Illich Tchaïkovsky), plus ils sont fragiles!

Après, il y a des dizaines ou centaines de millénaires, la complète disparition des licornes, allons nous aussi vers une complète disparition de ces merveilleux oiseaux? Ce serait vraiment une nouvelle tragédie pour la Terre et l'humanité!
 
Les pigeons aussi pourraient être infectés et transmettre le virus, mais avec un recul de deux ans, il n'y a pas encore de cas connu où des volailles de ferme auraient été infectées par eux.

Il est vrai que toutes les villes du monde ont des pigeons. Si l'on commence à décréter que les pigeons transmettent, eux aussi, la grippe aviaire, la panique mondiale n'est pas loin...

Et si des pays déclarent des cas de grippe aviaire dans leur "avifaune" sauvage vont-ils être "punis" par des sanctions commerciales visant leurs exportations de volailles?

Naturellement, pour l'"OIE", il n'y a qu'un muyen de juguler l'actuelle épidémie c'est la "mise à niveau des systèmes vétérinaires" des pays touchés. Autrement dit, toujours plus de vaccinations!

Les "experts" affirment qu'en Asie, l'on commence seulement à "voir les effets des mesures structurelles prises à partir de 2004". En Afrique, par contre, il faudra attendre au moins trois ans pour juguler la maladie. Pendant ce temps-là, en Europe, même si l'on arrive à éradiquer les foyers récemment apparus - ce qui reste à prouver -, l'on restera sous la menace de la maladie pendant des années...

Alors, comment peut-on s'en protéger ?
Des vaccins adaptés sont, nous dit-on, "à l'étude". Le vaccin actuel contre la grippe saisonnière (vaccin anti-grippal annuel) ne protège pas contre le virus de la grippe aviaire.

Parmi les "antiviraux" (médicaments anti-virus), le "Tamiflu" (laboratoire Roche, molécule active: oseltamivir; [en voilà qui vont "faire leur beurre"!]) serait le plus efficace et permettrait,
selon des épidémiologistes, de réduire de 30% la mortalité parmi les malades.

Il existe, en outre, des "masques de protection respiratoire" (type FFP2), des lunettes de protection et des gants jetables pour les soignants et autres professionnels exposés...

De plus en plus d'êtres humains vont bientôt ressembler à des cosmonautes ou des scaphandriers...

Associé à tout le reste (surpopulation, pollutions en tous genres, disparition du pétrole, menaces de guerre, perturbations climatiques, catastrophes naturelles, chemtrails...) des années toujours plus difficiles s'annoncent donc...

Mais qui s'interroge ici sur la responsabilité des êtres humains dans ce carnage? Personne! L'être humain - c'est bien connu -, dans ce qui lui arrive, n'est toujours qu'une " innocente victime"...

Et si - juste à titre de réflexion - parmi de nombreuses autres possibles hypothèses, par exemple, les oiseaux en avaient assez de respirer et d'absorber de l'aluminium, du baryum et le reste, lors des épandages chimiques volontaires (chemtrails) faits par les avions?

Et si les virus de la grippe aviaire venaient, par exemple, de la haute atmosphère, entraînés par le poids des particules d'aluminium et de baryum redescendant sur la Terre?

Où bien s'ils avaient été "créés" par quelque Frankenstein au cours d'expériences "secrètes" inconnues du grand public?

Publié dans Veille Ecologique

Commenter cet article