Le scandale des OGM

Publié le par Vivre Debout

Message relayé

La démocratie, c'est quoi? Confier ses choix de vie à une poignée de types incompétents, voire séniles, quand ils ne sont pas dégénérés, et qui se moquent de ton opinion. Un remake de la loi sur les vaccinations, mais en plus "grandiose".....et en 2007 qui c'est qui va aller voter pour ces marionnettes ?!!

A quand la fin de cette dictature larvée ?

Début du message réexpédié :


CHANGER D'ERE


Galilée et les OGM


    «Remettez vos sabots!
    Voilà le cri du coeur de François Goulard, ministre de la Recherche, à l'adresse du sénateur Vert Jean Desessard, qui venait de décrire l'agriculture paysanne et biologique comme alternative à l'agriculture industrielle.
    C'était au Sénat, mardi 21 mars, lors du premier débat sur le projet de loi sur les OGM. Affligeant. Mais cette apostrophe résume très bien l'état d'esprit des partisans des OGM.
    Par principe, le progrès scientifique serait bon, et toute critique est disqualifiée d'avance. Bernard Barraux (UDF) a ainsi comparé tout simplement l'attitude des opposants aux OGM à l'attitude de... l'Eglise face à Galilée!

(N
ote de Daneel : méprise au sujet de cette célèbre affaire Galilée : car en effet, ce n'était pas tant l'Eglise qui s'était opposée à l'Enseignement portée par Galilée... mais bel et bien le monde scientifique de l'époque... c'est à dire toute cette "nomenklatura" de savants et chercheurs "académiques", qui aujourd'hui encore, en sont toujours à dénigrer l'homéopathie, à prêcher la "sainte-vaccination", et "le saint OGM, sauveur du monde"!)

    Pour lui, l'opposition aux OGM est le résultat «d'une véritable peur du progrès».

    François Goulard (UMP) a affiché la foi commune: «Nous avons des principes [..] et ils sont, je crois, partagés par la majorité de cette assemblée : nous croyons au progrès.»
    Le fait que l'on puisse choisir la technique X (par exemple, l'agriculture biologique) et refuser la technique Y (par exemple, les OGM) ne l'effleure pas une seconde.
    Des études montrant la toxicité sanitaire des OGM seront citées par le sénateur Vert, mais ne déclencheront qu'indifférence ou moqueries.

    Le syllogisme - le progrès est bon; les OGM, c'est le progrès; donc les OGM sont bons, par définition, donc non dangereux - est un véritable acte de foi. On l'a compris, ce jour de débat inaugural fut désespérant, d'autant qu'une quarantaine de sénateurs seulement sur 331 étaient présents. De plus, seule une poignée d'entre eux connaissait vraiment le sujet.
    Alors que ce projet de loi sur les OGM est un scandale majeur.

    Allons à l'essentiel.
    Selon un sondage BVA réalisé les 27 et 28 janvier 2006 à l'excellente initiative de l'association Agir pour l'environnement (1) , à la question: «Dans le cadre d'une loi sur les OGM, qu'attendez-vous de votre député?», 74 % des sondés répondent: «Qu'il interdise les cultures d'OGM en appliquant strictement le principe de précaution.»
    A la question: «Afin d'évaluer précisément les impacts sanitaires et environnementaux, faut-il adopter une interdiction temporaire des OGM?», 78 % des sondés répondent oui.
    A la question: «Selon vous, les labels qualités (label rouge, AOC, bio) doivent-ils être strictement sans OGM?», 85 % des sondés répondent oui.

    Ces chiffres, qui vont dans le même sens que les précédents sondages, permettent

d'affirmer que les Français rejettent massivement les OGM. Et que s'apprête à faire le Parlement? A les autoriser - y compris pour les labels de qualité, à hauteur de 0,9 %!
   

    Que faire? Allez voir votre député, muni de ce sondage. Il ne croit pas aux sondages? Qu'il demande un référendum! C'est aussi ce que souhaitent 72 % des sondés...


    THIERRY JACCAUD 



  (1) Tél.: 01 40 31 02 99.

Source:  www.agirpourlenvironnement.org

(Thierry Jaccaud est rédacteur en chef de l'Ecologiste, édition française de The Ecologist. Disponible en kiosque. www.ecologiste.org)

Publié dans Combats écologiques

Commenter cet article