Les radis de la colère

Publié le par Vivre Debout

LES RADIS DE LA COLÈRE - Le complot démasqué - de Jean Pierre Joseph, aux éditions Louise Courteau.

Résumé du livre.

Il va permettre à ceux qui n’ont pas le temps de retrouver un sommaire d’environ 400 pages; l’on commence avec le dos du livre et l’on termine en y allant avec une conclusion et des commentaires achevant la réflexion et incitant à l’action, car le but de tout être humain ne devrait-il pas être la vérité et le bonheur?

Cinquante copains, scientifiques de haut niveau, décident de s’installer ensemble dans la région Rhône-Alpes, à la campagne, afin de mettre en application une technique (qui ne coûte rien) permettant de faire de l’agriculture «bio» à haut rendement. Dix ans plus tard, ca marche! Plus besoin d’engrais chimiques, ni de pesticides, ni d’insecticides: les fruits et légumes délicieux, parfois géants, sont très abondants et presque jamais véreux. En plus, tout le monde retrouve une santé exceptionnelle. Cinquante personnes peuvent largement vivre de la terre et rester, comme par hasard, en excellente santé, sans plus rien demander à quiconque, ( et surtout, sans plus rien acheter à la grande distribution), chose tout à fait réalisable en peu de temps, par les milliers de S.D.F. actuellement sur les trottoirs. «Il faut le faire savoir aux agriculteurs français».

Et c’est là que les ennuis commencent: menaces de mort, assassinats d’animaux, incendie. Un "beau" jour, coup de théâtre! Toutes les chaînes de télé sont là: une commission parlementaire chargée des sectes vient d’examiner 172 dossiers lors d’une séance secrète de 50 minutes (20 secondes par dossier) et les a mis sur la liste. Pour l’industrie agro-alimentaire et l’Ordre des médecins, il était temps! A l’avenir, plus personne ne les écoutera. Et la justice les poursuit… Un hôpital va même jusqu’à poser un faux  diagnostic de tétanos pour un enfant (qui se porte aujourd’hui très bien), ce qui va permettre de prétendre que les certificats de vaccination sont faux…

Parallèlement, aux Etats Unis, la justice est embarassée, car l’on sait aujourd’hui que le massacre de Wako  ou le «suicide collectif» de la «secte» Guyana  fut une éxécution  programmée par la C.I.A., celle-ci n’arrivant plus aujourd’hui à le dissimuler.

Mais qui a donc eu peur d’Horus? Pourquoi la «Saga Horus»? (FR3, mai 1997)

Pourquoi une chaîne publique de télé a-t-elle fabriqué de véritables trucages?

Que sont devenus, aujourd’hui, les «témoins à charge»?

Pourquoi l’A.D.F.I. reçoit-elle  des subventions si importantes, payées par le contribuable?

Pourquoi les «sectes» dans l’angle de tir sont-elles presque toutes composées de scientifiques ayant découvert des choses importantes?

Qu’est-il  arrivé aux inventeurs de moteur à air ou du moteur à eau?

Pourquoi la commission parlementaire a-t-elle «oublié» la grande secte des «Mac’consommateurs», de l’élevage en batterie, du désespoir entretenu (12000 suicides par an en France: 2e cause de mortalité chez les jeunes).

Un complot? Mais à qui cela profite-t-il?

L’AUTEUR DÉBORDE CETTE ASSOCIATION AGRAIRE DITE  « SECTAIRE » POUR NOUS INTRODUIRE DANS LE MONDE DE LA SANTÉ, DU MÉDICAL ET PHARMACEUTIQUE. IL PARLE AUSSI DE LA POLLUTION JUSQU’À LA SANTÉ PUBLIQUE EN PASSANT PAR L’ALIMENTATION.

LE MAINTIEN À TOUT PRIX DU STATU QUO CONCERNANT LES HORRREURS DES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES.

«Quand on  s’informe vraiment, on  découvre une réalité effrayante qui, comme on va le voir, nous fait fortement penser qu’une minorité de puissants n’a pas du tout envie que se règlent les problèmes de chômage, de pollution, de toxicomanie, cancer, sida, car cette minorité profite de ces problèmes.

L’on sait que, pour arriver à produire de plus en plus à l’hectare, beaucoup d’agriculteurs ont utilisé massivement des engrais chimiques, des nitrates … il faut  vendre! Les pesticides, auxquels les insectes résistent de plus en plus sont de plus en plus concentrés et donc dangereux, selon Greenpeace, constituent aujourd’hui «un véritable problème de santé publique». Or tous ces produits empoisonnent petit à petit ce que nous mangeons, ce qui entraîne une baisse de nos défenses immunitaires. La vente de ces produits croît sans cesse et représente un énorme marché pour l’industrie chimique. Qui à intérêt à tout cela? L’utilisation des produits chimiques diminue également les heures de travail et diminue donc le prix d’achat des produits par les grandes centrales de distribution. Cela s’ajoute au fait que les fruits et légumes traités chimiquement ont une valeur énergique faible, ce qui oblige le consommateur à en absorber de grandes quantités. 

«On mange trop, car on mange mal. Par contre, on paye sans arrêt.»

Selon Sylvie Simon, auteur de «La dictature médico-scientifique», le bétail mondial absorbe un tiers de la production des céréales des pays où sévit la famine.  Tout est fait pour que nous mangions des quantités impressionnantes d’une viande de  plus en plus contaminée. Pour élever ce bétail empoisonné, l’on utilise des céréales qui pourraient nourrir des habitants de ces pays. Il est plus rentable de vendre cher du bétail plein d’antibiotiques et d’hormones à une population prête à payer que de vendre des céréales à bas prix à des gens affamés. Et malheur à ceux qui dénoncent cette situation. Parlons maintenant du statu quo en ce qui concerne les graves questions de santé publique, entre autres le cancer, le sida, les médicaments, la chasse aux médecines douces et les vaccins.  Allons-y avec les déclarations de deux spécialistes.

«Les Français figurent parmi les champions du monde de la consommation de médicaments et personne ne peut prétendre qu’ils sont mieux soignés pour autant.» 

(Déclaration de Jean-Louis Bianco, ministre des Affaires sociales et de l’Intégration, le 3 octobre 1991.)

«Ce sont des intérêts financiers… qui permettent d’expliquer que la vérité scientifique était encore trop souvent occultée… 85% des chimiothérapies sont contestables, voire inutiles.» - Dr Henri Joyeux, cancérologue à Montpellier.

Un terrible  constat:  Plus on dépense pour sa santé, et plus on est malade. En cas de cancer, le plus souvent, ce n’est pas le cancer qui tue, mais le traitement.

«De 1910 à 1925, l’on exigea que les écoles de médecine adoptent les recommandations du Flexner Report. À cette époque, l’on comptait plus de praticiens de médecines douces que de médecine allopathique… la réforme médicale les éradiqua. La santé tomba entre les mains de l’élite riche masculine. La médecine devint un outil au service de la finance.  L’Inquisition est toujours vivante.» - Dr Guylaine Lanctot, auteur du livre «La Mafia Médicale» -

De  plus en plus de scientifiques protestent contre les vaccins. Voici quelques déclarations sur l’utilité des vaccins.

Michel Rey, Impact Médecin Hebdo (13 octobre 1995) :

«La protection conférée par la vaccination (antidiphtérique) dure moins longtemps que l’immunité naturelle et n’est plus que de 50%, 10 ans après la vaccination, alors que 90% des adultes sont naturellement immunisés avant d’être vaccinés.»

Extrait de la traduction d’un document confidentiel donné par un journaliste américain à Serge Monast, journaliste au Québec: «Le développement du virus avait deux buts, le premier en tant qu’arme politique et ethnique devant être utilisée contre les Noirs, et le second pour réduire le taux de population». – Cela signifie que le virus du sida a été injecté volontairement dans les vaccins obligatoires

LE VéRITABLE OBJECTIF DE LA «CHASSE AUX SECTES»: LE MAINTIEN À TOUT PRIX DE CES HORREURS ÉCONOMIQUES.

«L’on peut croire que ce qui a été dit concernant la pollution, l’alimentation, et la santé est un débat qui à rien à voir avec le problème des sectes et qu’il existe deux débats parallèles et différents, mais  il s’agit du même débat. Une société qui tire le quart de ses revenus économiques de la maladie poursuivra, diffamera et, finalement mettra hors d’état de nuire quiconque voudrait apprendre à ses concitoyens à vivre en bonne santé.» (Gunther  Schwab, alors président de l’Union Mondiale pour la Protection de la Vie)

Le cœur du livre «Les radis de la colère» traite de cette question; nous verrons construire ce scénario d’horreur, comment l’ignorance et la peur de savoir sont à l’origine de tant de problèmes. «Toute personne dont le produit de la vente ou du service ne tombe pas directement dans les poches de cette économie centralisée est un gêneur qu’il faut éliminer à plus ou moins long terme...»

L’Indépendant, qu’il soit artisan, petit commercant ou agriculteur est un gêneur.

Pour les deux premiers, le produit de leurs ventes échappe aux monopolistes. Conséquence: les indépendants subissent les pires réprésailles: cotisations sociales obligatoires et exorbitantes. Ils travaillent en moyenne à 70% des charges. Le nombre des liquidations est impressionnant (salons de coiffure, merceries, épiceries, boulangeries, etc…) Les consommateurs  iront dans les grandes surfaces.  «L’agriculteur a toujours été un super-gêneur dans la mesure où il est capable théoriquement de vivre sans rien acheter, c’est-à-dire se nourrir de sa production.  Comme par hasard, les agriculteurs sont de moins en moins nombreux.»

La communauté agraire écologique: «secte dangereuse».

Cette communauté peut représenter un modèle d’économie totalement différent des modèles classiques, capitalistes ou communistes. Si 50 personnes sont capables de se nourrir en ne demandant plus rien à personne, si elles sont capables de rester en bonne santé et n’ont plus besoin de fréquenter ni les grandes surfaces ni les grandes pharmacies, qu’elles n’achètent plus d’engrais chimiques, bref, qu’elles se suffisent à elles-mêmes, il y a là un exemple qui risque de faire tache d’huile.  Seulement, il ne faut pas que le public  sache que cette solution est possible.  Sinon, des  milliers de personnes s’installeront à la campagne, produiront leur nourriture, apprendront à vivre en bonne santé, refuseront les  vaccinations et déserteront les cabinets médicaux, les centres hospitaliers et les pharmacies.

Question: Cela ressemble t-il à une conspiration, un complot? Cela y  ressemble trop pour que ce ne soit pas le cas. Réponse la plus simple.

«Le lent processus de mondialisation de l’économie se fait graduellement. Ceux qui possèdent les moyens de production doivent s’approprier la nourriture et l’eau. En ajoutant la dépendance par la santé, l’on comprend que celui qui possède la  chimie, la nourriture et l’eau est le  maître du monde.»

Voici les étapes du Complot:

Affaiblir l’agriculture.

«Il est remarquable de constater que le travail le plus mal rémunéré est celui qui nous fournit le produit dont nous avons le plus besoin après l’eau: la nourriture, en particulier les fruits et légumes, dont l’être humain peut difficilement se passer, alors qu’il peut sans danger ne jamais manger de viande. Ceux qui nous nourrissent sont les plus mal payés, alors que ceux qui nous volent récoltent les fruits de leurs efforts. Progressivement, les agriculteurs ont perdu la possibilité de vivre de la terre. Il ne reste plus qu’à survivre, dépendants des circuits de distribution.  Pour avoir le droit de cultiver sa propre terre, afin de se nourrir, lui et sa famille, sans rien demander à personne, l’agriculteur doit payer. Il étend donc son exploitation et tente de vendre ses produits. Mais la rentabilité est quasi-nulle, à cause du cours très bas des produits agricoles, ce qui fait qu’il est obligé d’augmenter le rendement à l’hectare en utilisant des engrais chimiques. Il produit donc des fruits et légumes moins nutritifs qu’avant mais en quantité plus importante. Le consommateur doit donc en consommer plus.»

Affaiblir les indépendants.

«De manière générale, l’indépendant (commerçant, avocat…) est un gêneur, car il conserve la possibilité pratique de ne pas penser comme tout le monde.  La première action consistera à les isoler, en imposant à chaque profession des normes draconiennes d’exercice et des charges qui fait que chacun doit travailler comme un fou pour s’en sortir.»

Faire la chasse aux minorités.

«L’objectif de la chasse aux minorités est d’empêcher qu’aboutisse toute recherche ou approche différente de celle considérée comme officielle. Le mieux-être du citoyen n’a aucune incidence dans ce genre de débat : seuls comptent pouvoir et argent.  Le seul choix est de garder soit son identité en se marginalisant, soit  d’obéir comme tout le monde.»

Qualifier celui qui résiste d’illuminé, de charlatan ou… de membre d’une secte.

«C’est pourquoi les homéopathes, grâce à qui l’on pourrait se soigner en payant 10 fois moins, sont tous devenus officiellement adeptes ou sympatisants de sectes. Un grand quotidien régional consacrait presque une page entière pour expliquer qu’il avait fallu dix ans d’études à une équipe de chercheurs pour prouver le mécanisme scientifique de l’homéopathie.  L’équipe était en mesure d’affirmer que cette science était une réalité et qu’elle donnait des résultats. Alors, le conseil national de l’Ordre des  Médecins envoyait des consignes à ses membres leur expliquant que les sectes sont partout, qu’elles recrutent chez les médecins et que la quasi-totalité des homéopathes, soit en font partie, soit sont des sympatisants qui ont perdu leur crédibilité, car manipulés par un gourou.  L’homéopathe doit donc mobiliser toute son énergie pour démontrer, soit que l’association à laquelle il adhère n’est pas une secte, soit même qu’il n’adhère à aucune association.»

L’INTELLIGENT MÉCANISME DE L’INSTALLATION DE LA PSYCHOSE.

Le lecteur a compris que si un groupe de personnes décide de mettre au point un autre mode de vie, échappant ainsi à la société de consommation, il devient un modèle… ce groupe devient dangereux. Le complot n’est pas décidé par des imbéciles et la manière avec laquelle il se met en place procède d’un scénario qui ne peut pas être le fruit du hasard.  Voici les phases du déclenchement de la psychose.

1ère phase:

Mise en place d’un mouvement associatif «anti-sectes» et allocations de larges subventions.

En France, il s’est constitué depuis des années, des associations qui se sont regroupés et qui forme l’ADFI («Association de Défense de la Famille et de l’Individu»). Ce mouvement reçoit de très fortes subventions de divers ministères et  des collectivités locales.  Par cette association il est possible à toute personne se prétendant victime d’une secte de percevoir une indemnité lui permettant de se réinsérer dans la société. Lentement, dans l’inconscient collectif, chemine l’idée selon laquelle s’il existe une association («à but non lucratif») qui pourchasse les «sectes», c’est qu’il existe des sectes et que cela représente un danger réel. Le citoyen n’a donc pas l’impression d’être manipulé, puisque le militant de base n’en a pas lui-même l’impression. Bien plus, le militant de base croit faire œuvre humanitaire et n’a pas du tout conscience des enjeux financiers ayant amené le gouvernement à faire la promotion de son association.

2ème phase:

Médiatiser la peur de manière subtile.

Comment manipuler des journalistes sincères?

Pour ce faire, le meilleur moyen est d’utiliser une faible minorité d’entre eux, qui n’ont pas forcément la même conscience professionnelle que la plupart et qui, parce qu’ils auront été les premiers à s’exprimer sur un sujet nouveau, ne verront pas leur parole mise en doute par leurs confrères. Un ou plusieurs autres journalistes seront convaincus, car un autre confrère l’a dit avant lui.  Les éléments de preuve ne l’intéressent pas vraiment, et comme il revient «bredouille», il annoncera plutôt qu’on «n’a rien voulu lui montrer».

Il s’agit donc de trouver des journalistes qui veulent se faire connaître, et qui sont plus intéressés au sensationnalisme qu’à la véracité des faits.

Comment manipuler l’opinion publique: quelques techniques de trucage télé.

On filme des enfants qui jouent dans un pré; mais ils sont filmés derrière des fils de barbelés; cela laisse croire que les enfants sont malheureux. Mais le téléspectateur ne sait pas qu’il y a un grand espace de terrain à l’arrière et en plus sans clôture.

Un jeune enfant qui scie du bois tout seul; on retiendra davantage ces images afin de donner au  téléspectateur l’impression d’une véritable séance de travail imposé à l’enfant, ce qui n’est pas le cas.

Les «adeptes» attablés autour d’une statuette égyptienne; celle-ci est seulement un souvenir de voyage en égypte, mais, au montage, le dialogue entre les membres de la communauté sera supprimé; il restera seulement une musique de fond et le dialogue autour d’une statue égyptienne.

«Essayons maintenant d’imaginer ce que peut penser un téléspectateur qui a vu ces séquences. Que peuvent penser les magistrats des tribunaux ou les gendarmes qui ont vu de tels reportages sans savoir qu’on  s’est moqué d’eux? C’est cela la manipulation. À cette étape, le coup de grâce est donné en faisant jouer la corde sensible sur la situation des enfants.  Ceux-ci seront mis en avant.  Les montages et les trucages seront utilisés afin de susciter la peur quant à la sécurité des enfants.

3ème phase: Rassurer les démocrates en créant une commission d’enquête parlementaire. Parodie d’enquête: 172 dossiers en 50 minutes.

L’on charge une «commission d’enquête» d’établir une liste de suspects en lui faisant officieusement savoir qu’elle doit se contenter de recopier la liste confidentielle que l’on va lui envoyer. Après réception de la liste, cette commission se réunit quelques minutes, pour la forme et annonce la conclusion de ses travaux.  Voici  ce qui se produit souvent:

La liste a été établie de manière arbitraire;

Les soi-disant visites sur les lieux ont été de simples formalités ou – le plus souvent - pas de visites du tout;

La commission s’est réunie très peu souvent et n’a pas pris le temps nécessaire pour l’étude de chaque dossier;

Le rapport a été ratifié avec un petit nombre seulement de personnes présentes.

Comme par hasard, l’on a «oublié» dans la liste certains mouvements qui ne remettent en cause, ni la mondialisation de l’économie, ni l’industrie agro-alimentaire, ni la politique de santé, ni les vaccinations, par exemple les nombreuses obédiences de la franc-maçonnerie...

LES OBJECTIFS DE LA PSYCHOSE: contrôle futur des associations et neutralisation de tous les groupes, surtout ceux qui «en savent trop».

Contrôle futur des associations.

«Toute démocratie fonctionne grâce à l’énorme tissu associatif. Si demain les associations pouvaient être contrôlées par le pouvoir, ce serait la fin de la démocratie.  Mais de plus en plus d’associations tentent de mettre en place des circuits économiques parallèles et recréent ainsi une vie économique. Les minorités qui possèdent les moyens de production dans le monde vivent de la pauvreté et du chômage des autres ; elles s’enrichissent sur le dos de leur misère. Ces minorités n’aiment pas les économies parallèles. Il faut faire taire ce milieu associatif, mais comment les contrôler sans déclencher une révolution ?  Tout  simplement en faisant croire que certaines associations sont dangereuses en manœuvrant habilement pour que l’opinion publique demande elle-même une loi de contrôle des associations.»

Neutralisation des groupes «qui en savent trop».

«Il est clair que si l’on veut contrer les arguments de toute personne ou de tout groupe ayant quoi que ce soit à proposer de dérangeant, il suffit de prétendre qu’il fait partie d’une secte pour que le débat s’arrête. »

C’est le cas, par exemple, en France, des homéopathes, qui sont actuellement accusés par le Conseil de l’Ordre des Médecins d’être membres de sectes ou, au minimum, sympathisants.  Tous les médecins qui s’intéressaient à l’homéopathie décrochent par peur. Par ailleurs, dès qu’il existe en France un groupe de recherche sur une autre économie, une autre alimentation, une autre conception de la santé, à plus ou long terme, ce groupe est qualifié de secte.  L’on ne l’écoute plus et personne ne s’intéresse à ses travaux. Les journalistes qui n’ont pas vérifié et qui ont gardé leurs préjugés sont piégés. Ils n’ont pas compris l’affaire et c’est ce que l’on attendait d’eux.

Objectif: pensée unique, ni odeur ni frontière pour les milliards.

Ainsi, tous ceux qui essayent de faire savoir qu’il existe d’autres solutions que de piller la planète … seront mis à l’index.  Chaque chercheur qui ne pense plus comme tout le monde devient «illuminé». Le réflexe est de ne pas nous interroger sur le fond de ce que dit une telle personne mais sur le seul fait de savoir si cette personne a ou non perdu la raison. En résumé, tout ce qui dérange la «pensée unique» destinée à mondialiser l’économie, c’est-à-dire concentrer les profits dans d’autres mains, est balayé.

LES TÉMOIGNAGES

Quelques témoignages des membres de la communauté agraire Horus:

«La société actuelle est désespérante.  Par notre avidité de pouvoir, de posséder toujours plus, nous faisons tout pour ne pas voir la futilité de nos existences.  Nous poursuivons une course effrénée vers je ne sais quelle merveille, qui, dès que l’on l’obtient devient fade, inutile, inexistante. Alors on cherche à la remplacer, ou, pire, à la détruire, parce que l’on est déçu. Tous ces  efforts pour rien. Ce mode de vie dérisoire est responsable de cette désespérance. Mais ce n’est jamais la société et le mode de vie qui sont remis en cause. La société fabrique ses prisonniers.  Personne ne voit plus le danger de ses actions et de ses  besoins exorbitants dus à l’illusion. Conclusion: la planète et son humanité se meurent empoisonnées, spoliées, déshumanisées… Dans les murs de sa prison que constituent sa maison, son cadre de vie, sa profession, ses amis, ses relations, l’homme s’est coupé de toute réalité et de toute communication vraie, et il cherche des coupables partout autour de lui.  Jamais il ne lui viendrait l’idée de se remettre en question, car il s’est trop cloisonné et a perdu la vision d’ensemble. Et l’homme ficelé par son crédit, sa maison, ses besoins inutiles, crées par la TV, les journaux, le snobisme est devenu aussi peureux, assisté ou avide que possible.

Et tout le monde gobe cela sans sourciller; sans se remettre en question, ni soi, ni le système. Pourquoi? La peur, bien cultivée, est entretenue dans notre société d’assistés. Les informations actuelles sont orientées de façon à noyer l’individu d’informations tous azimuts pour qu’il perde le fil essentiel de la véritable information et des véritables valeurs de la vie. L’on nous cantonne à notre un dixième de nos capacités cérébrales et le « mythe des sectes et des gourous » a été inventé pour que nous ne développions surtout pas les neuf autres dixièmes restants. Quel drame si la population devenait intelligente et se rendait compte par elle-même.  Heureusement pour nous, il y a un phénomène mondial de Réveil qui se poursuit envers et contre tout.  De plus en plus de gens utilisent les autres neuf dixièmes de leurs facultés et deviennent conscients de tout ce qui se passe actuellement. Le système mondial et les hauts dirigeants nous disent: «Dormez tranquille, l’on s’occupe de tout.» Et l’on vous fera croire que la rayure faite à votre voiture est très grave et cela vous empêchera de dormir…»

CONCLUSIONS ET COMMENTAIRES, SUITE AU RÉSUMÉ.

Surveiller les dirigeants du système plus attentivement.

Le système et ses hauts dirigeants dans toutes les sphères de la société (l’Establishment mondial formé des 7 cartels) nous souhaitent de «dormir tranquille, l'on s’occupe de tout». Ce qui signifie donc que nous ne sommes pas réveillés ou éveillés, devenus conscients.  Nous sommes trop occupés à être occupés et à ne pas prendre vraiment soin de nos besoins et nos droits. Et pourtant nous avons toutes les raisons de le faire, de devenir plus conscients  et d’avoir accès aux connaissances fondamentales pour être plus libres. Cela fait penser à un mineur pris au piège au fond de sa mine à 2000 pieds sous terre et qui refuserait de l’aide de l’extérieur pour se sortir de sa mauvaise position.  Tout comme lui, si nous le voulons, l’on s’en sortira.

Oui, il faut veiller à ce que les gouvernements et leurs instances publiques prennent leurs responsabilités, mais il faut que chacun des individus prenne la sienne, sinon, nous serons mal placés pour parler. Une nouvelle d’un journal annonçait dernièrement que les fabricants de pesticides rendus furieux par l’interdiction prochaine de leurs produits en sol québecois «peuvent bien entamer des poursuites s’ils le veulent, mais le Québec est dans son bon droit» a prévenu le ministre de l’Environnement André Boisclair.  Celui-ci a répondu que «c’est l’intérêt public et la santé des  gens qui sont en cause». Du coup, les sociétés qui produisent le 2,4 D ont indiqué qu’elles pourraient éventuellement poursuivre le gouvernement du Québec en fonction du chapitre 11 de l’Accord de Libre-échange nord-américain (ALENA), si leurs produits sont bel et bien interdits par le Nouveau code de gestion des pesticides, qui devait être en vigueur dès septembre 2002 mais qui ne l’a été qu’en avril 2006.- 

Questionnement et éléments d’entraide.

À partir de ce fait réel, voici ce qu’il est possible de constater:

- que le Ministre veut se tenir debout face aux grands producteurs de pesticides ;

- comme citoyen, nous devrions être derrière lui et lui déclarer notre appui (téléphone, fax...);

- se poser la question : «Que faisaient, avant lui, les anciens Ministres de l’Environnement dans ce dossier?»

- que les grosses compagnies sont prêtes à poursuivre l’état, car ils préfèrent les profits à la santé des populations - Qui gouverne, nous ou le gouvernement?; c’est ce dernier qui nous écoute et nous représente;

- pour parvenir à une conviction personnelle, s’informer et lire la composition des engrais chimiques et des pesticides;

- que nous n’avons pas bien compris les implications du chapitre 11 de l’ALENA.

La complicité du gouvernement fédéral qui avait antérieurement approuvé la vente de ces pesticides au Canada.

Après les pelouses des espaces publics, après 3 ans, l’interdiction des pesticides les plus dangereux devait être étendue aux propriétés privées (c’est maintenant chose faite). Nous savons maintenant que l’utilisation des pesticides comporte de grands risques. Les recherches sur les animaux ont prouvé que la majorité de ces produits s’attaquent aux systèmes nerveux et endocriniens et sont cancérigènes.

Malheureusement, l’interdiction touche seulement le milieu urbain et non agricole où 80% des pesticides vendus au Québec sont achetés par des fermiers. Et quand l'on pense que nous mangeons les fruits et légumes de ces  récoltes et que nos animaux de fermes sont nourris par des herbes sur lesquels nos agriculteurs ont répandu des pesticides, c’est à faire frémir.  Et la chair de ces animaux se retrouve dans nos assiettes pour  être consommée. Faudra t-il être atteint de cancer pour le réaliser ? Et quand vous en serez malades, notre médecine de la maladie et non de la santé vous donnera, avec le sourire, des vaccins et médicaments en vous souhaitant bonne chance et non des conseils appropriés pour vous aider réellement. Y–a-t-il une différence entre cette situation et des moutons qui sont conduits à l’abattoir ? C’est semblable, car, dans les deux cas, les moutons sont menés à l’abattoir avec le sourire.

Le nouveau crime contre l’humanité: le laisser-faire ou le regarder-passer.

L’on parle généralement de crimes contre l’humanité quand on parle des guerres menées par des dictateurs ou des militaires aussi fous qu’eux. Pourtant, ils ne sont pas tous dans l’armée. Mais c’est aussi un crime quand on considère les ravages du sida dans le monde. En 2001-2002, le sida en Afrique fait 2823 morts chaque jour. Un fond de 10 milliards devait être constitué par les pays occidentaux au prorata de leur PNB. Aucun n’a respecté ses engagements.  Parmi les pires payeurs (selon OXFAM), les USA, qui, avec 500 millions, n’ont versé que 12% de la contribution prévue; 500 millions, l’équivalent d’une demi-journée de lutte contre le terrorisme (créée de toute pièce pour des raisons politico-économiques).  Comme il a été fait  pour les nazis à Nuremberg, un jour, les Africains nous jugeront-ils pour crime contre l’humanité?

Le nouveau crime contre l’humanité, ne serait-ce pas de laisser faire les choses sans trop rien dire, de refuser de voir la réalité des souffrances humaines, de laisser aux autres le soin de tout régler pour nous. C’est aussi le refus de devenir  conscients sur les droits humains et le pouvoir de chacun de changer les choses ; c’est d’être apathiques au lieu d’être sympathiques à ces causes.

Quels sont les moyens que nous pouvons utiliser afin de se faire mieux entendre?

Les médias d’information: que ce soit par des chroniques ou des opinions libres dans le journal ou encore des articles que nous pouvons publier dans les journaux traditionnels ou alternatifs; l’écriture reste un excellent moyen de faire entendre un autre son de cloche.

L’Internet où se retrouve certains bons sites d’information sur divers sujets (établir une liste).  Il est aussi facile d’envoyer un site ou un texte par la magie des e.mails à quelques-uns qui, eux, l’enverront à d’autres, etc..

Le bouche à oreille reste toujours le véhicule par excellence ; ne pas se retenir de faire du bien en en parlant à une personne par jour ou par semaine, selon le choix de chacun.

La lecture de certains livres: toujours en ajouter à  notre liste.

Exemples:

- La Mondialisation de la pauvreté, de Michel Chossudovky, aux éditions écosociété

- Les «Livre Jaune» 5 et 6, aux éditions Félix

- Les Gros raflent la mise aux éditions Silence et écosociété.  Etc…

Autres suggestions :

- Les manifestations publiques, pour inciter les gens à se positionner.

- Pourquoi ne pas consacrer une heure par semaine à la prise de conscience par le biais de la lecture, la réflexion, l’échange d’informations?

- Pourquoi ne pas porter un gilet avec une maxime du genre: «Si vous ne connaissez pas vos droits, c’est que vous n’en avez pas!»?

- Autour de la table familiale, amener un sujet, qui fera que l’autre apprendra encore plus…

Pour finir, quelques citations:

«Celui qui ne gueule pas la vérité lorsqu’il connaît la vérité se fait le complice des menteurs et des faussaires.» (Charles Péguy)

«Dans un monde ou chacun triche, c’est l’homme vrai qui fait figure de charlatan.» (André Gide)

«Ce ne sont pas ceux qui font le mal qui  rendent le monde insupportable, mais ceux qui regardent et laissent faire.» (Albert Einstein)

L’auteur du résumé ci-dessus conclut ainsi:

«Je souhaite que ce texte puisse vous aider à aller plus loin dans votre pouvoir… et surtout n’hésitez pas à l’envoyer ou le remettre à quelqu’un que vous aimez.»

D’après – en fonction du livre de Jean-Pierre Joseph -
un texte de Jean Claude Thériault adapté et actualisé. -

Commenter cet article