Téléphones portables: Un médecin parle

Publié le par Vivre Debout

Lettre du Docteur George Carlo
au Président du WTR

Le Docteur George Carlo, dans le cadre du WTR [Wireless Technology Research] a été mandaté par le pool des industriels des télécommunications sans fil, le CTIA pour être le coordinateur d’une grande étude de recherche aux USA sur les dangers pour la santé des téléphones mobiles.

 

Le CTIA est le financeur pour un budget de plusieurs dizaines de millions de dollars.

 

Voici la lettre qu’a écrite le Docteur George Carlo au Président du CTIA à la conclusion de l’étude :

 

Cette lettre exprime plus que des inquiétudes . . . .

 

 

 

7 octobre 1999.

 

 

 

Mr. C. Michael Armstrong

 

Chairman and Chief Executive Officer

 

AT & T Corporation

 

32 Avenue of the Americas

 

New York, New York 100313-2412

 

 

Cher M. Armstrong:

Après avoir beaucoup réfléchi, je vous écris cette lettre personnellement, pour demander votre aide afin de résoudre ce que je crois être un problème émergeant et sérieux concernant les téléphones sans fil. J'écris cette lettre dans l'intérêt de plus de 80 millions d'utilisateurs de téléphone portable aux états-Unis et de plus de 200 millions dans le monde. Mais j'écris aussi cette lettre dans l'intérêt de votre industrie, un secteur critique de notre infrastructure économique et sociale.

Depuis 1993 j'ai dirigé la surveillance WTR et le programme de recherche fondé par l'industrie du sans-fil. Le but du WTR a toujours été d'identifier et de résoudre tous les problèmes au sujet de la santé des consommateurs, qui pourrait dépendre de l'utilisation de ces téléphones.

 

Après ce mois de février, à la convention annuelle du CTIA, j'ai rencontré le conseil complet de cette organisation pour les informer de quelques surprenantes découvertes dans notre travail. Je ne me rappelle pas si vous étiez là personnellement, mais mon jugement est que tous les secteurs de l'industrie ont été représentés.

 

À ce briefing, j'ai expliqué que les études scientifiques bien conduites, que le WTR a supervisées indiquaient que la question de la sécurité du téléphone sans fil était devenue confuse.

 

En particulier, je vous rapporte ceci:

 

Le taux de mortalité par cancer du cerveau parmi les utilisateurs de téléphone portable était plus élevé que le taux de mortalité par cancer du cerveau parmi ceux qui ont utilisé des téléphones à fil, qui étaient utilisés très éloignés de leur tête.

 

Le risque de neurone acoustique, une tumeur bénigne du nerf auditif, qui se trouve bien dans le cône de radiation de l'antenne d'un téléphone, était cinquante pour cent fois plus élevé chez les personnes qui ont rapporté avoir utilisé un téléphone cellulaire pendant six ans ou plus, et, qui plus est, ce rapport entre le temps d'utilisation du téléphone cellulaire et cette tumeur semble avoir suivi une courbe proportionnelle.

 

Le risque de rares tumeurs neuro-épithéliales sur l'extérieur du cerveau avait plus que doublé, un accroissement statistiquement significatif du risque chez les utilisateurs de téléphone cellulaire par comparaison aux personnes qui n'ont pas utilisé de téléphone cellulaire.

 

Il est apparu exister une certaine corrélation entre les tumeurs du cerveau se produisant du côté droit de la tête et l'utilisation du téléphone du côté droit de la tête.

Les études de laboratoire montrant la capacité de radiation de la part d’une antenne de téléphone à causer des dommages génétiques fonctionnels sont définitivement positifs, et suivent une relation proportionnelle.

J'ai aussi indiqué qu'alors que notre étude globale sur les occurrences du cancer du cerveau ne montrait pas de corrélation avec l'utilisation de téléphones cellulaires, la grande majorité des tumeurs qui ont été étudiées allaient largement au-delà du spectre de rayonnement auquel l’on s'attendrait de la part d’une antenne de téléphone cellulaire. En raison de cette distance, la découverte d’un non-effet était contestable.

 

Un tel manque de classification d'exposition aux radiations tendrait à diluer n'importe quel effet réel qui aurait pu être présent. En outre, je vous avais rapporté que les études relatives aux dommages génétiques que nous avions conduites pour observer la capacité des radiations des téléphones à casser l'ADN étaient négatives, mais que la découverte positive de dommages fonctionnels de l'ADN pourrait être plus importante, indiquant peut-être un problème qui n’est pas dépendant de la rupture de l'ADN, et que ces incohérences avaient besoin d’être clarifiées. J'ai rapporté qu'aucune de ces seules découvertes à elle seule n’était l'évidence d'un risque sanitaire définitif de la part des téléphones sans fil ; l’échantillon des effets potentiels sur la santé a été mis en évidence par différents types d'études, par différents laboratoires, et par différents investigateurs, et a soulevé de sérieuses questions.

À la suite de ma présentation, j'ai compris, par le vote aux voix des présents, l’engagement de faire «le bon choix en tenant compte de ces découvertes» et un engagement des fonds nécessaires.  

 

Quand j'ai endossé la responsabilité de faire ce travail pour vous, je me suis engagé pour cinq ans. J'ai été invité à continuer jusqu'à la fin d'une sixième année, et cela a été convenu. Mon engagement est maintenant achevé. Ma présentation à vous et au tableau du CTIA en février n'était pas un effort pour prolonger mon contrat chez WTR, ni pour prolonger le contrat du WTR lui-même. Je faisais simplement mon travail consistant à vous faire savoir ce que nous avons trouvé, et ce qu'il est nécessaire de faire comme suite en fonction de nos découvertes. J'ai fait ceci de façon expressément claire au cours de ma présentation à vous et au cours de nombreuses conversations consécutives avec les membres de votre industrie et les médias.

 

Aujourd'hui, je suis assis ici, extrêmement frustré et inquiet que des mesures appropriées n'aient pas été prises par l'industrie du sans-fil pour protéger les consommateurs pendant cette période d'incertitude au sujet de la sécurité. Les étapes auxquelles je me réfère proviennent spécialement du programme WTR, lequel a été recommandé, de façon répétée, en public et en privé, pour et par moi et d'autres experts partout dans le monde. Je me prépare à me retirer de la téléphonie sans fil, dans une direction différente de la santé publique. Je suis inquiet que l'industrie du sans-fil soit en train de manquer une occasion valable de traiter ces préoccupations de santé publique par la politique, en créant les illusions selon lesquelles plus de recherche au cours des prochaines années aidera les consommateurs d'aujourd'hui, et selon lesquelles les fausses revendications qu’une observance régulière signifie la sécurité. Le meilleur choix pour l'industrie du sans fil devrait être de mettre en application des actions mesurées exécutoires, appropriées à la véritable protection des consommateurs.

 

De façon alarmante, les indications sont que quelques secteurs de l'industrie ont, à plusieurs reprises, ignoré les résultats scientifiques suggérant des effets potentiels sur la santé et ont faussement proclamé que les téléphones sans fil seraient sûrs pour tous les consommateurs, y compris les enfants, et ont créé ultérieurement une illusion de responsabilité en réclamant et en subventionnant toujours plus de recherche.

 

Les plus importantes mesures de protection des consommateurs sont inexistantes:

 

- l'information honnête et complète effective pour permettre un jugement conscient des consommateurs vis-à-vis de l'acceptation du risque;

 

- le suivi et la surveillance directs de ce qui arrive aux consommateurs qui utilisent les téléphones sans fil;

 

- et le monitoring vis-à-vis des changements dans la technologie qui pourraient avoir un impact sur la santé.

 

Je suis particulièrement préoccupé par ce qui semble être des actions émanant d’une partie de l'industrie pour enrôler la FCC, la FDA et l'Organisation Mondiale de la Santé avec elle, en suivant une voie inefficace qui aura probablement comme conséquence une régulation et un retour de bâton  de la part des consommateurs.

 

Comme industriel, vous devrez compter avec les retombées importantes de tous vos choix, bons et mauvais, dans le long terme. Mais, à court terme, je voudrais votre aide pour effectuer aujourd'hui une importante intervention de santé publique.

 

La question de la sécurité des téléphones sans fil est peu claire. Par conséquent, sur la perspective de santé publique, il est critique pour les consommateurs d'avoir l'information dont ils ont besoin pour se faire un jugement éclairé au sujet de savoir jusqu’à quel point ils souhaitent assumer ce risque inconnu dans leur utilisation des téléphones sans fil.

 

Informer ouvertement et honnêtement les consommateurs au sujet de ce qui est connu et inconnu relativement aux risques sanitaires n’est pas une lourde responsabilité – c’est l’évidence que votre industrie est responsable, et, faisant tout, elle peut assurer une utilisation sûre de ses produits. L’actuel retour de bâton populaire, dont nous sommes témoins aujourd'hui aux états-Unis contre l'industrie du tabac, provient, en grande partie, de la perception de la malhonnêteté de la part de cette industrie en n'étant pas franche au sujet des effets sur la santé. Je vous exhorte à aider votre industrie à ne pas répéter cette erreur.

 

Comme nous clôturons l’affaire du WTR, j'aimerais demander ouvertement votre aide dans la diffusion des découvertes résumées de notre travail, que nous avons effectuées. Cette dernière action est ce qui a toujours a été prévu et été antérieurement prévu dans l'agenda des recherches du WTR.

 

J'ai demandé à une autre organisation avec laquelle je suis affilié, au Groupe de Gestion des Risques Sanitaires (HRMG), de nous aider lors de cette étape d'intervention dans la santé publique, et de monter un module d'information des consommateurs pour une grande diffusion. Puisque ni le WTR ni le HRMG n'ont les moyens d'effectuer cette intervention, je vous demande de nous aider à faire la meilleure chose.

 

Je serais heureux de m’entretenir personnellement avec vous à ce sujet.

 

Sincèrement vôtre,

 

George L. Carlo Ph.D, M.S., J.D.

Président

Technologie Des Recherches Sans fil LLC

 

N° 1711 Street, NW, Suite 400, Washington DC 20036-2811

 

(202) 785 3939

 

Téléphone : (202) 785-3940

 

Fac-similé : 785-3940

E-Mail : wtr@hrmgroup.org  - fooshu@aol.com

 

 

jtukey@popmail.ucsd.edu>>

Commenter cet article