Haro sur les "sectes"!

Publié le par Vivre Debout

Descente brutale de députés

dans une classe de bambins à Sus

"Une secte!: Vite, de l'insecticide!"

Cherchant à donner un nouveau souffle à leur commission d’enquête sur les enfants au sein des minorités spirituelles et religieuses, les quatre députés Georges Fenech, Jean-Pierre Brard, Philippe Vuilque, et Alain Gest, initiateurs de la commission, ont choisi de s’en prendre à une communauté de chrétiens vivant dans un petit village, Sus, du sud de la France.

Alors que des inspecteurs de l’éducation nationale ont mené une inspection de routine ce matin et avant même qu’ils aient pu rédiger leur rapport, les 4 députés organisent une conférence de presse afin de faire connaître leur vision du résultat  de cette inspection qui pour les députés se doit d’être une «pêche miraculeuse».

Il s’agit là d’une pression intolérable sur les fonctionnaires du Ministère de l’Education nationale qui doivent exercer leurs fonctions en toute indépendance.

Nous considérons que le questionnement inopiné de mineurs pris par surprise dans leur milieu scolaire est une violence psychologique sur enfant de moins de quinze ans.

La commission d’enquête parlementaire est à ce jour un bide total. Pour preuves ces déclarations de représentants ministériels parlant sous serment devant la commission d’enquête:

Selon, Mr Dupuis, Inspecteur Général de l’Education nationale, «pour l’année scolaire écoulée [il y a eu] 19 000 signalements auprès des Procureurs de la République, concernant des enfants que l’on estimait être en danger pour diverses raisons, physiques, morales, etcet pour l’inspecteur seuls 8 signalements sur 19 000 avaient un  lien avec des mouvements sectaires. Il ajoute «J’ai l’habitude de dire pour l’Education Nationale que les enfants des Témoins de Jéhovah sont des élèves parfaits, ils sont parfaitement disciplinés, ils travaillent, c’est pas d’eux qu’on va avoir des problèmes»

Madame Le Bihan, Directrice adjointe du service des français à l’étranger du ministère des affaires étrangères a elle déclaré à la commission «J’ai recherché tout ce qui pouvait concerner ce qui vous intéresse aujourd’hui [les sectes]. J’ai trouvé présence ou trace d’un lien avec un comportement sectaire [dans] 2 cas. Dans le cadre de madame Gettliff, c’est elle qui les [les enfants] a enlevés finalement [à son mari membre d’une minorité religieuse]», soit 1 seul dossier pour l’ensemble de la communauté des français vivant à l’étranger.

Afin de mieux comprendre les mécanismes de cette commission d’enquête sur les enfants au sein des groupes spirituels et religieux, CAP pour la Liberté de Conscience a décidé de mettre à la disposition des média et du grand public les témoignages essentiels entendus par la commission.

Ces documents sont directement disponibles dès aujourd’hui à: www.coordiap.com/cep2006.htm

Source: http://www.coordiap.com/grill200611.htm#j

Commenter cet article

Jean 30/12/2006 23:27

Merci de cette éclairante contribution, qui montre bien l'odieuse "chasse aux {présumées} sorcières" sévissant présentement en France.
Ce qui est triste c'est que la masse boit goulument la honteuse manipulation...

Hocine 27/12/2006 00:33

LES DERIVES DE LA 3ème COMMISSION PARLEMENTAIRE SUR LES SECTES :
(Par un observateur objectif)
Le rapport de la 3 ème commission d’enquête sur les dérives sectaires sur les enfants   résume à lui seul les conditions dans lesquelles s’est déroulée, depuis 25 années, une chasse aux sorcières en France ! C’est un vaste canular monté de toutes pièces !
Voici pourquoi en considérant 7 grosses lacunes :
 1/LE VERDICT A ETE PREETABLI !
Une lecture attentive de ce rapport montre qu’en réalité ses 50 propositions n’ont pas vraiment de lien avec le travail et les auditions effectués mais sont le reflet d’un verdict préétabli !Ces propositions auraient pu être écrites bien avant même le début des travaux. D’ailleurs depuis le début de cette commission l’objectif était clair : viser et  inclure les témoins de Jéhovah  pour gonfler les chiffres : pour cela tout était prévu dans le choix des membres, et celui des audités avec des témoignages les plus « affectés »… 
2/ DEPUIS LE DEBUT ON N’A PAS DE DEFINITION PRECISE D’UNE ORGANISATION A CARACTERE « SECTAIRE » MÊME SI ON VISE LES MEMES !
Pendant plusieurs semaines la commission est resté sur le chiffre déjà contesté à l’origine de 40 000 enfants et a décidé  sur simple proposition de M.JANKOVICI de parler de 60 à 80 000 enfants juste avant le jour de la remise du rapport !
Le rapport utilise près de 600 fois les termes « sectes » ou « sectaire » qui n’ont aucune signification reconnue ni par le droit, ni par la communauté scientifique. À aucun moment, le rapport en question n'en donne une définition claire et précise. Il s'agit là d'une lacune majeure qui enlève toute crédibilité à ce travail.
Si on s’appuie sur le simple constat du Bureau des cultes toutes les religions sont susceptibles de générer des dérives sectaires !                                          
3/-LA COMMISSION A RECUSE D’EMBLEE LE CONTRADICTOIRE ET DONC LA PRESOMPTION D’INNOCENCE !
Aucune minorité religieuse n'a été invitée à venir s'expliquer devant la commission parlementaire. Les membres se sont élevés avec véhémence contre tout témoignage infirmant son verdict préétabli. La parole a été donnée principalement à ceux qui vouent une haine extrême aux minorités de conviction.
 Aussi aucun spécialiste des religions n'a été convié à faire part de ses travaux afin d'éclairer la commission. Ces scientifiques sont payés par les deniers de l'Etat, mais leurs travaux sont systématiquement ignorés. Pourquoi ? A l’évidence il s'agit d'une nouvelle tentative de manipulation de l'opinion publique de la part de la « représentation nationale » (les 8 mêmes députés !).
4/IL N’Y A AUCUNES PREUVES TANGIBLES  DE DERIVES CONCERNANT LES TEMOINS DE JEHOVAH !
 Les députés ont « découvert » avec grand renfort de médias, 18 enfants (4 non scolarisés) dans une communauté (chose qu’ils savaient pourtant depuis un an !). Ce sont les seuls faits, les seules images, mais cela a suffi pour habiller convenablement leur rapport.
Les accusations  contre les TJ sans l’ombre d’une preuve sont émaillées d’exagération et d’amalgames avec les habituels vieux clichés. Mais la commission est restée muette sur son incapacité à apporter un seul cas concret, une seule preuve. Son seul fondement : le « témoignage » de deux ex-adeptes qui règlent leurs comptes avec « la secte».
Emoustillés par les fortes pressions de l’UNADFI certains d’entre eux se mobilisent à travers les médias ou Internet pour criminaliser des minorités ; ainsi sur un site un des leurs a suggéré d' « enfermer les sectes dans des camps de concentration en leur retirant leurs  biens et leurs enfants » ! Ceci nous ramène à une autre époque…
L’obsession de M.BRARD a en découdre aussi avec eux (qui d’ailleurs le poursuivent pour diffamation) est légendaire au point que lui aussi veut réviser leur histoire dans les camps nazis ; ce qui montre son peu d’intérêt pour les renseignements objectifs.
L’accusation selon laquelle les enfants sont élevés dans une condition « d’attente de fin du monde » est grotesque puisque les députés savent bien que même chez les protestants et les musulmans on attend un « Jugement dernier », en fin de compte ce sont les croyances qui sont mis à mal et c’est là ou le bât blesse c’est que selon Jules Ferry « c’est au parents de donner l’instruction religieuse mais à l’école de prodiguer l’enseignement laïque » (Loi de 1905) .D’ailleurs les protestants ont senti le vent tourné…
5/LE RAPPORT FINAL EST TRONQUE ET ALTERE PAR DES PIECES POSTERIEURES AUX AUDITIONS !
On a relevé dans ce rapport tant dans la présentation de Didier Leschi que dans ses réponses aux questions, les phrases mentionnant le fait qu'il n'a pas eu connaissance de dysfonctionnement du service public hospitalier ont été supprimées !
Et comme par hasard apparaît dans les annexes (pages 237-238 des annexes du rapport) la lettre de Xavier Bertrand du 24 Novembre (avec annotation personnelle) en réponse à une demande de Georges Fenech (datée postérieurement à toutes les auditions), qui déplore les infiltrations jéhovistes et considère qu'elles constituent en effet un trouble à l'ordre public.
Mais le Ministère de la santé, bien embarrassé, n'a jamais à ce jour confirmé cette fameuse « note » selon lequel les Témoins de Jéhovah troublent l'ordre public en refusant les soins faisant appel au sang (chose au demeurant très rare puisqu'il existe des méthodes alternatives au point qu'aucun cas précis d'incident n'a été retenu par la commission d'enquête !).
L’explication est simple ; parmis les audités il y avait un Directeur général de la santé et le conseiller au cabinet du Ministère de la santé !  Ce qui nous amène à nous en tenir à La position même du Ministre de l'Intérieur qui à contre coeur a déclaré qu'au vu de l'avis du Conseil d'Etat de 2002 les Témoins de Jéhovah  sont une association cultuelle  qui bénéficie des mêmes avantages que les autres. Cette intervention a été appuyée par le Chef du Bureau des cultes sur lcpan.fr
6/LE RAPPORT MET EN CAUSE TOUS CEUX QUI NE VONT PAS DANS SON SENS.
Tous ceux qui n’ont pas caressé la commission dans le sens du poil sont visés.
Les représentants de l’éducation nationale ont dépeints les enfants Témoins de Jéhovah comme des élèves « modèles ».
L’éducation nationale est coupable de laxisme. Le représentant du bureau des cultes a rappelé que l’administration applique les décisions du Conseil d’Etat.
 Les pouvoirs publics font preuve de "négligence" voire de "complaisance"!
7/LES VERITABLES MINEURS EN DANGER NE SONT PAS LA OU ON L’A RAPPORTE !
Le rapport ne mentionne pas de façon explicite le fléau du satanisme qui se développe par le biais de la mode du gothisme et qui provoque des violences et suicides en nombre. Aucune mesure concrète ; parents si vos enfants sont pris dedans l’Etat a payé en millions d’euros une commission avec l’argent de vos impôts qui ne sert à rien !
 Alors que lors des auditions la plupart des intervenants ont alerté les députés sur le fléau du satanisme chez les jeunes qui les amène à se suicider. 
Aucune trace concrète sur le rapport et aucune mesure contre cela !
Pourtant le président de la MIVILUDES connaît quelques cas bien précis à ce sujet en évoquant les fêtes chez eux aux solstices période pendant laquelle ils doivent offrir à « Satan » des sacrifices. La plupart des cas ces offrandes sont des vies humaines qui disparaissent ! Le sang doit couler…Triste réalité grandissante, espérant que cette nuit du 22 décembre les victimes disparues ne soient pas trop nombreuses !
Ces meurtres ne sont rien à côté des présupposés dérives concernant le refus de traitement faisant appel au sang chez les Témoins de Jéhovah ! Pourtant ces « sous citoyens » ne cherche ni plus ni moins les meilleurs traitement pour leurs enfants en faisant appel aux méthodes alternatives ?
 
En conclusion ce rapport est un prétexte pour bouffer de la secte avant noël, il n’avait qu’une cible : les Témoins de Jéhovah dont M.BRARD veut régler ses comptes et il génère lui-même des troubles puisque des milliers d‘enfants vont subir des brimades du fait de leur appartenance religieuse.
Rien qu’en 2006  78 lieux de culte des Témoins de Jéhovah ont subit des actes de vandalisme ! Aucune condamnation officielle…sauf quand il s’agit d’une synagogue ou d’une mosquée.
De plus le rapport est quasiment  inutile et anti-laïque. Il ne s’attaque pas aux vrais problèmes des jeunes car on aurait pu faire des commissions sur les ravages de l’alcoolisme, du tabac, de la drogue, de la pornographie sur la jeunesse mais cela n’intéresse pas nos députés …
Ce qui les intéresse c’est de pouvoir  échapper aux procès qui les attends en faisant des commissions (ex : M.GEST, M.BRARD et M.FENECH bizarrement viennent d’annoncer qu’ils vont faire partie d’autres commissions sur des sujet plus ou moins préoccupants …)
Pour finir .FENECH a affirmé: "Les parents doivent comprendre que leurs enfants ne sont pas leur propriété; c'est la propriété de l'Etat !"
C’est bien beau mais alors qui les élèvent ? Si c’est vraiment la propriété de l’Etat que fait « l’Etat » pour les très précisément 97 000 enfants réellement en danger selon l’ODAS ?