Dans quel pays vivons-nous?

Publié le par Vivre Debout

SCANDALE AUTOUR DES PARRAINAGES

Lundi 19 mars 2007 à 17h30, le Conseil constitutionnel a publié la liste des candidats à l’élection présidentielle ayant obtenu plus de 500 parrainages. Ils étaient douze: 7 candidats à gauche, 2 à droite, 1 au centre, 1 à l’extrême-droite, et 1 chasseur. Aucun candidat écologiste indépendant n’a pu obtenir les 500 parrainages (ni France Gamerre, ni Antoine Waechter, ni Jean Marc Governatori). Deux candidats ont été très surpris de ne pas avoir obtenu les 500 parrainages: Rachid Nekkaz, qui disait avoir réuni plus de 700 promesses de parrainages et Jean Marc Governatori qui avait réussi à cumuler sur son nom plus de 800 promesses en tant que représentant de 9 candidats émergents à la présidentielle.

Rachid Nekkaz a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel le 21 mars, affirmant que des pressions auraient été exercées sur des élus. Sa réclamation a été rejetée mais elle a permis de révéler le nombre de parrainages qui avait été validé par le Conseil constitutionnel: 13.

Les autres candidats n’ont pas pu savoir officiellement le nombre de parrainages qu’ils ont obtenu. En effet, le Conseil constitutionnel a décidé de ne pas publier le nom des élus qui ont accordé leurs parrainages aux candidats qui ont obtenu moins de 500 parrainages (ce qui n’était pas le cas lors des trois élections présidentielles précédentes). Il semblerait que la loi n’oblige pas le Conseil à publier cette liste. Fait troublant, l'on peut noter que Jean Louis Debré a été nommé à la tête du Conseil constitutionnel le 23 février, soit le lendemain du début de l’enregistrement des parrainages par le Conseil.

De son côté, Jean Marc Governatori, qui avait demandé aux élus d’envoyer leurs parrainages
directement au Conseil constitutionnel, n’a pas pu obtenir officiellement le nombre de parrainages enregistrés.

Cependant l'un des membres du Conseil constitutionnel a révélé au conseiller de Jean Marc Governatori que le Conseil constitutionnel aurait enregistré 11 parrainages à son nom (sur plus de 800 promesses !).

Trois hypothèses sont donc apparues:
- soit la plupart des élus n’ont pas tenu leurs promesses,
- soit la plupart des parrainages ont été invalidés par le Conseil constitutionnel, ce qui est fort peu probable, car il y a habituellement à peine 1% de parrainages invalidés,
- soit la plupart des parrainages ne sont jamais parvenus au Conseil constitutionnel, car le courrier destiné au Conseil constitutionnel aurait mystérieusement disparu.

Mercredi 21 mars 2007 au matin, le conseiller de Jean Marc Governatori a évoqué ces hypothèses avec le candidat par téléphone, et lui a suggéré de déposer un recours, sachant qu’il était possible de connaître le nombre d’élus qui avaient envoyé un parrainage au Conseil constitutionnel en le leur demandant directement.

Quelques heures plus tard le secrétariat de Jean Marc Governatori recevait un appel anonyme leur affirmant :
«nous sommes au courant de la conversation téléphonique de ce matin et nous vous conseillons vivement de ne pas entamer de procédure de recours, si vous tenez à rester en vie. Oubliez l’élection présidentielle. C’est un domaine réservé.»

Suite à cela, Jean Marc Governatori a décidé de ne pas entamer de procédure de recours pour pouvoir préparer sereinement les élections législatives avec son mouvement «La France en action».

Les menaces envoyées à Jean Marc Governatori semblent donc prouver qu’il avait, en fait, obtenu les 500 parrainages mais que sa candidature dérangeait énormément certains. Cela expliquerait également pourquoi il a eu si peu accès aux médias ces derniers mois, et surtout pourquoi certains enregistrements télévisés ont été coupés au montage. A l’évidence le programme que porte Jean Marc Governatori dérange beaucoup les gouvernants en place et ils ont tout fait pour qu’il ne puisse pas le faire connaître auprès du grand public.

A l’évidence, dans cette élection, un candidat qui avait le contrôle des renseignements généraux (et donc des «écoutes») et des services secrets (et donc la possibilité d’intercepter du courrier destiné au Conseil constitutionnel) a fait en sorte d’éliminer tous les candidats qui le dérangeaient (et notamment Nicolas Dupont Aignan, Rachid Nekkaz et Jean Marc Governatori). Il a également aidé certains candidats dont la présence au 1er tour l’arrangeait à obtenir les 500 parrainages (notamment Olivier Besancenot et Jean Marie Le Pen). Tout cela dans le seul but de parvenir au pouvoir.

Mais au delà de la colère que peut susciter une telle injustice et un tel mépris de la démocratie, nous avons le pouvoir de rétablir la justice et la démocratie, par notre vote le 22 avril 2007 mais aussi en éclairant les citoyens sur la personnalité de ce candidat, par la diffusion de ce message au plus grand nombre.

Des décisions que nous allons prendre dans les jours et les semaines à venir dépend le destin de la France et l’avenir de nos enfants et de notre planète. Ils peuvent être le pire comme le meilleur.

Paris, le 25 mars 2007>>

Commenter cet article

Art de Vivre Juste 31/03/2007 15:22

L'information ci-dessus rapportée sous le titre "Scandales autour des parrainages" a été vérifiée auprès de Jean-Marc Governatori lui-même, qui - même si lui n'est pas sûr de l'origine de cette basse manœuvre -, confirme entièrement le fait, bien qu'il était opposé à sa divulgation (laquelle résulte, sans son accord, d'une personne de son mouvement ayant des responsabilités lui ayant permis d'être directement témoin de l'information répercutée), préférant se concentrer tout de suite sur l'échéance des législatives...Il disposait, en tant que candidat choisi par les candidats émergeants, de près de 900 promesses de parrainages...La consigne auprès des maires ayant fait la promesse était d'adresser leur parrainage dictement auprès du Conseil Constitutionnel. Le pourquoi de la chose est que le courrier de La France en Action est régulièrement pillé ou détourné, de sorte qu'une bonne partie n'arrive pas...D'ordinaire, le taux de déperdition entre promesses et parrainages effectifs est de l'ordre de cinq pour cent... Par conséquent, sa candidature aurait due être validée avec plus de 800 parrainages effectifs...!Le mercredi soir précédent le vendredi de la clôture du dépôt des parrainages, 320 parrainages étaient déjà enregistrés (fax du Conseil Constitutionnel); le vendredi, il n'y en avait plus que 11!Où sont passés les autres?Il est facile de traiter les autres de menteurs...Mais que penser de celui qui, sans vérification d'aucune sorte, d'emblée, taxe les autres de mensonge?

JérÎme. 30/03/2007 11:38

Un peu facile de toujours sortir la théorie du complot quand les choses ne se déroulent pas comme on le souhaite...Jean-Marc Governatori, un "candidat dérangeant", un danger pour Nicolas Sarkozy ? Quelle farce ! Même s'il avait eu les 500 parrainages, il n'aurait pas fait plus de 5% comme tous les autres petits candidats.Il serait presque plus crédible de croire que c'est une manoeuvre de Jean-Marc Governatori. Pour garder un électorat et lui faire serrer les rangs, on sait très bien qu'il n'y a rien de mieux que de trouver un bouc émissaire. C'est toujours la faute de l'autre.