Halte aux vaccinations!

Publié le par Vivre Debout

Pourquoi la vaccination contre le tétanos
est totalement inefficace et donc uniquement nuisible

Extrait du livre: "Vaccination: je ne serai plus complice" par Jean Méric:
"L'image véhiculée, médiatisée à outrance par les partisans des vaccinations, pour faire peur et inciter les individus à se faire vacciner du tétanos après une piqûre par une épine de rose, est absolument excessive. Pour qu'il y ait tétanos, il est nécessaire que cette piqûre ait lieu dans un tissu non irrigué, par exemple dans un membre atteint de phlébite, au niveau d'un ongle incarné. Les spores et les bacilles ne peuvent se développer que dans des tissus non vascularisés, tel que des plaies ischémiques, des plaies infectées par des bacilles pyogènes gros consommateurs d'oxygène, des plaies nécrosées. l'anaérobiose doit être stricte. Le potentiel d'oxydoréduction s'effondre au niveau de la plaie et les spores tétaniques peuvent alors germer.

Le clostridium tétani et les spores tétaniques ne peuvent se développer qu'au niveau de la plaie et seulement dans la plaie.

Nous ne retrouvons jamais de bacilles du tétanos ailleurs que dans la plaie, et seulement dans la partie non irriguée. Les tissus voisins étant oxygénés, les bacilles sont éliminés. A l'intérieur de la plaie tétanigène, les clostridiums présents vont sécréter leur toxine, encore appelée tétano-spasmine(4). Cette toxine puissante(5), élaborée au niveau de la plaie, va gagner le système nerveux central par les voies nerveuses. Au niveau de la plaie, les terminaisons nerveuses présentes vont endocyter la toxine, c'est-à-dire boire la toxine. Il existe un tropisme fort de la toxine pour les terminaisons nerveuses des neurones moteurs. La toxine chemine alors par les voies axonales centripètes, c'est-à-dire de la plaie vers le système nerveux central. La toxine migre dans des petites vésicules d'endocytoses. Certaines de ces vésicules sont détruites en cours de route, d'autres arrivent au terme de leur migration et déversent la toxine dans la fente synaptique qui sépare les moto-neurones alpha et les inter-neurones des voies inhibitrices. Il en résulte une paralysie spastique, c'est-à-dire la tétanisation des muscles.

La vaccination antitétanique est dirigée contre la toxine sécrétée par le bacille, absolument pas contre le microbe.

En essayant de lutter par les anticorps vaccinaux contre la toxine, nous ne luttons pas contre la bactérie. Injecter un antipoison chez un individu n'empêche pas cet individu de se faire mordre par l'animal producteur de ce poison.

A ce stade, il est important que vous vous rappeliez que le microbe est un anaérobie strict et que les plaies tétanigènes sont des plaies non oxygénées, des plaies anaérobles.

Toute la foi en ce vaccin repose, aussi curieux et surprenant que cela paraisse, sur une seule et unique expérience(6) et sur des statistiques. Il m'a été impossible de trouver, malgré des recherches nombreuses, d'autres études concernant ce vaccin. Or, cette expérience est scandaleuse et hasardeuse dans sa conclusion,
car elle n'est pas transposable en l'état à l'homme. Cette expérience unique, consistait à faire produire des anticorps à des animaux en les vaccinant. Ensuite, on injectait des doses mortelles de toxine à ces animaux. Les animaux du lot vacciné ne mouraient pas, seuls les animaux du lot non vacciné décédaient. Nous en déduisîmes, un peu vite, que les anticorps étaient neutralisants pour la toxine et que préventivement, la vaccination pouvait empêcher la maladie. Voilà le type d'expérience complètement absurde; elle élimine, et ceci est une grave erreur, le microbe et surtout les conditions locales nécessaires pour qu'il y ait tétanos, c'est-à-dire l'anaérobiose.

Voilà comment, à partir d'une seule expérience mal conçue, nous arrivons à imposer au monde entier une vaccination placebo. Pour vous faire entrevoir l'inutilité totale de cette vaccination, c'est très, très simple, je vais prendre un exemple facile à comprendre et à visualiser. Si un scientifique, aussi prestigieux soit-il, vous dit: «nous allons éliminer tous les lions de la savane africaine en utilisant les requins», et que pour vous le prouver, il fasse l'expérience suivante. Il prend un lion, l'amène en bateau et le jette au large aux requins. Les requins dévorant l'animal, il en tire la conclusion qu'ils sont l'arme idéale pour exterminer les lions.

Vous comprenez de vous-même, que ce savant n'est pas très futé, car un paramètre important n'a pas été pris en compte. Dans la nature, les lions (animaux terrestres) ne rencontrent jamais les requins (animaux marins). Ce savant ne mène pas que les lions en bateau, mais tous ses interlocuteurs. Il en est hélas de même avec l'expérience qui a imposé la vaccination antitétanique.
L'expérience de Ramon a malheureusement oublié que le microbe du tétanos et sa toxine appartiennent à un monde anaérobie strict et que les anticorps appartiennent à un monde aérobie strict.
Ils ne peuvent donc pas se rencontrer lors de la maladie. C'est pour cela d'ailleurs que le tétanos n'est pas une maladie immunisante. Après un tétanos guéri, il n'y a jamais d'anticorps antitoxines ou anti-microbes. Le système immunitaire se trouve entièrement dans la circulation sanguine, dans le sang. Aussi bien, les cellules qui forment les anticorps que les anticorps eux-mêmes appartiennent à ce monde aérobie. Tout le langage du système immunitaire appartient à ce monde aérobie.
Le transport des anticorps se fait entièrement et uniquement dans la circulation sanguine et lymphatique, c'est-à-dire en aérobiose. Les plaies tétanigènes sont nécessairement et obligatoirement anaérobies donc les microbes et la toxine du tétanos et les anticorps antitoxines ne peuvent en aucun cas se rencontrer.
Il est absolument impossible que les anticorps vaccinaux rencontrent le bacille ou sa toxine.

L'effet du vaccin ne peut donc être qu'un effet placebo." (...)

Notes:
(4). Bizzini B., «Tétanos toxin», Microbiologie Revue, 1979,43, p. 224-240.
(5). Bizini B., «The chemistry of tetanus toxin», Excerpta Mediaca Amsterdam, 1981, p. 8-17. 1
(6). Ramon G., Zoeller C., «De la valeur antigénique de l'anatoxine tétanique chez l'homme». R. Acad. Scien. Paris.
T.182, 1926, p. 245-247.
(7). Pechere J.-C., Acar J., Armengaud M., Moellering J.-A., Sande M., Waldvogel F., Zinner J,. «Anticorps qui n'agissent cependant pas une fois que la toxine est fixée par les tissus nerveux» Les Infections, Edisem, p. 453.
(8) Udwadia F. E., Tetanus, Oxford University Press, 1994.
(9) Crone N. E., Reder A. T., «Severe tetanus in immunized patients with hight antitetanus titers».
Neurology, T 42, 1992, p. 761-764.

Source: Les lecteurs désirant en savoir plus sur le sujet sont invités à se référer à l'excellent livre de Jean Méric:
"Vaccinations, je ne serai plus complice", lequel traite aussi de nombreuses autres vaccinations... tout aussi inefficaces, et souvent dangereuses!

Référence: "Vaccination: je ne serai plus complice" par Jean Méric:
- Marco Pietteur, éditeur - ISBN: 2-87434-017-0.

Commenter cet article